Les huiles essentielles : pour ou contre ?

Très prisées du grand public, les huiles essentielles constituent un marché en pleine expansion. Dans le milieu de l’escalade aussi, elles ont fait leur apparition, avec des produits destinés à favoriser la récupération ou à soulager les blessures. La Fabrique verticale a voulu en savoir plus et s’est penchée sur la question. Plongée en aromathérapie.

Les huiles essentielles : qu’est-ce que c’est ?

Selon la pharmacopée, une huile essentielle est un produit de composition complexe, renfermant des principes actifs extraits de végétaux. Ces composants aromatiques sont généralement obtenus par distillation à la vapeur d’eau. L’efficacité thérapeutique d’une huile essentielle est liée à sa structure biochimique, aux groupes fonctionnels de ses composés principaux (alcools, phénols, composés terpéniques…) et à leurs actions synergiques.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser leur appellation, les huiles essentielles ne contiennent pas de corps gras. Elles sont uniquement constituées de molécules aromatiques volatiles. Une huile essentielle peut contenir jusqu’à 100 molécules différentes. Ce qui explique la polyvalence d’action de ces huiles essentielles. Elles sont très inflammables, très odorantes et de nature hydrophobe (totalement solubles dans l’alcool ou dans une huile mais pas dans l’eau).

Quid des produits escalade disponibles sur le marché ?

Depuis quelques années, une marque d’huiles essentielles, à destination des grimpeurs, a fait son apparition sur le marché : Crimpoil. Elle propose une huile 100% naturelle spécialement créée pour soulager les blessures liées à la pratique de l’escalade. Il s’agit d’un mélange de différentes huiles essentielles, parmi lesquelles on trouve l’Immortelle, la Gaulthérie couchée et la Menthe poivrée, bien connues pour leurs propriétés anti-douleur et anti-inflammatoires. L’huile de pépins de raisins sert de base à ce mélange.

3-huiles-essentielles-crimpoil

À La Fabrique Verticale, nous avons une expérience relativement récente de l’utilisation des huiles essentielles. Au départ peu convaincus, nous y avons eu recours l’an passé, par curiosité, à l’occasion d’une petite entorse de l’index, douloureuse et lente à passer, bien que ne nécessitant pas de stopper la pratique de l’escalade, aux dires du chirurgien spécialiste de la main consulté. Ce dernier n’y voyant pas d’inconvénients (“si effet il y a, même placebo, c’est un effet alors pourquoi s’en priver ?”), nous avons donc tenté l’aventure.

La condition était de ne pas solliciter le doigt à outrance mais de le mobiliser régulièrement pour empêcher un enraidissement de l’articulation. Et dans ce cadre, l’utilisation d’huiles essentielles de Gaultherie et d’Immortelle diluées dans une base, en massage local, s’est avérée efficace pour calmer la douleur et conduire doucement vers la guérison. Aussi, n’avons-nous pas été surpris de retrouver ces mêmes huiles essentielles dans la composition de la Crimpoil.

Attention, comme pour tous les traitements antalgiques et anti-inflammatoires, les huiles essentielles traitent les symptômes mais il s’agit aussi de diagnostiquer et de traiter les causes de l’inflammation.

Les huiles essentielles : est-ce vraiment efficace ?

Devant la multiplicité des produits disponibles en vente libre (aussi bien en magasin bio que sur internet ou en pharmacie), la diversité des préconisations et usages, et surtout le maquis d’études et articles abordant cette thématique, plusieurs questions surgissent. Et tout d’abord celles-ci : Les huiles essentielles, est-ce vraiment efficace ? Leurs propriétés thérapeutiques sont-elles validées scientifiquement ? Quels sont les bénéfices possibles à l’utilisation des huiles essentielles ?

La connaissance des propriétés bénéfiques des huiles essentielles s’est transmise au fil du temps et, aujourd’hui encore, de nombreux professionnels se réfèrent à ces connaissances empiriques, ce qui, au premier abord, peuvent laisser songeur, voire sceptique. Toutefois, de nombreuses études universitaires, notamment en pharmacologie, se sont penchées sur l’intérêt des huiles essentielles, par exemple dans le traitement des patients en milieu hospitalier, en gériatrie, dans les services de cancérologie ou en soins palliatifs, et il en ressort que leur efficacité est indéniable.

Les propriétés (antibactériennes, antifongiques, virucides, anti-inflammatoires, antalgiques, cicatrisantes, antispasmodiques, anxiolytiques, etc…) des huiles essentielles ont été démontrées et validées scientifiquement.

Les huiles essentielles : est-ce dangereux ?

L’utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques est en pleine expansion en France. On constate un engouement du grand public pour cette aromathérapie dans le cadre d’un retour aux pratiques naturelles et aux médecines douces. Et celle-ci s’affirme comme une thérapeutique complémentaire, voire alternative, à la pharmacopée classique. Or ces substances, généralement présentées comme “sans danger”, car “naturelles”, concentrent des composés actifs puissants qui nécessitent des précautions d’usage. Elles peuvent, dans certains cas, s’avérer toxiques.

En fait, les huiles essentielles semblent n’être toxiques par ingestion que si celle-ci est faite en de grandes quantités et en dehors du cadre classique d’utilisation. Les huiles ne seront toxiques par contact que si des concentrations importantes sont appliquées. Ne les appliquez donc jamais pures (c’est la raison pour laquelle les huiles présentes dans la Crimpoil sont diluées dans une base d’huile de pépins de raisin).

Les huiles essentielles : attention aux mélanges !

On sait, par expérience, que les combinaisons d’huiles essentielles peuvent avoir quatre types d’effets : indifférence (activité indépendante de la présence d’une autre huile), additionnel (effet égal à la somme des effets de chaque huile), synergie (effet significativement supérieur à la somme de chaque huile) ou antagonisme (l’association diminue l’activité de l’une ou l’autre des huiles).

De nombreuses pratiques (en aromathérapie notamment) se basent sur la connaissance empirique de ces effets et préconisent de mélanger quelques gouttes de différentes variétés d’huiles (en application cutanée par exemple…). Les connaissances des effets de ces mélanges sont souvent parcellaires et il existe un risque pour la santé si l’on prend l’initiative de mélanger seul ou d’utiliser des huiles dont les effets ne sont pas compatibles. Ne jouez donc pas les apprentis sorciers !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. audy dit :

    Si vous pouviez préciser : uniquement certaines HE sont totalement déconseillées soit sur la peau , soit d’autres en ingestion .Certains producteurs (bio toujours ) composent leurs mélanges , donnent conseils ,ou organisent des formations et gèrent la fabrication

  2. Cedric dit :

    Merci pour cet article.Nous utilisons depuis quelques années les HE, pour les maux liés au sport, la récupération, mais aussi en remplacement de la médecine traditionnelle. Leur efficacité n’est plus à prouver, si je peux vous conseiller un excellent livre à ce sujet c’est « ma bible des huiles essentielles »- une véritable bible des HE et référence en la matière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *