Vacances : optimisez vos séjours en falaise

sejour-escalade-exterieur-grimper
C’est l’été. Et peut-être pour vous bientôt les vacances. L’occasion d’aller profiter en extérieur de vos progrès en salle réalisés cet hiver et ce printemps. Lors de séjours prolongés en falaise, si votre objectif est de faire des croix, un minimum d’organisation s’impose. Des choix stratégiques doivent être envisagés, qui concernent la répartition du à vue et du après-travail, ainsi que l’alternance des journées d’escalade et de repos. Histoire d’optimiser les vacances !

Réaliser des performances en falaise est un objectif tout à fait logique lorsqu’on s’entraîne. Surtout si on a peu de congés et d’occasions d’aller sur le rocher, en extérieur. Ne perdez toutefois pas de vue que l’escalade ne se résume pas à des chiffres et des lettres sur un topo : au choix comptable, privilégiez plutôt votre sensibilité et l’observation des voies, pour aller vers celles qui vous attirent le plus.

Grimpez des lignes esthétiques vous laissera toujours de meilleurs souvenirs que cocher des bouses, même si sur le papier leur cotation est plus gratifiante !

Séjours brefs : de 3 à 7 jours

Cet été, vous avez peu ou pas de congés, juste quelques jours à prendre. Ce cas de figure ne vous laisse guère le choix d’envisager de gros chantiers et se prête plutôt à l’escalade à vue ou au travail rapide.

Si votre objectif est le à vue, tentez des voies à votre maximum dès le 1er jour, tout en mettant à profit les longueurs faciles réalisées à l’échauffement pour vous habituer au style de la falaise, surtout si celui-ci ne vous est pas familier.

escalade-exterieur

Après une journée de repos au milieu du séjour, vous avez bien sûr la possibilité de continuer sur du à vue. Mais vous pouvez aussi chercher à finaliser les voies que vous avez tentées. Et que vous n’avez pas encore enchaînées. Elles devraient être rapidement réalisables après un court travail.

Si votre préférence se porte sur les voies après-travail, ne tapez pas trop haut dans la difficulté. En général, une lettre au-dessus de votre niveau maximum à vue du moment paraît être une approche raisonnable.

Si vous ne connaissez pas du tout la falaise, donnez-vous une journée pour tester des objectifs potentiels. Choisissez ensuite la voie qui vous plait le plus parmi ceux-ci. Et qui semble la plus faisable rapidement.

Prévoyez des journées de repos afin de préserver votre potentiel. Et refaire la peau des doigts. Généralement, l’alternance 2-3 jours d’escalade / 1 jour de repos fonctionne assez bien. Vous pouvez aussi faire une coupure de 2 jours si vous vous sentez HS ou 1 jour d’escalade / 1 jour de repos. Suivez votre feeling !

sejour-falaise-grimper-escalade-exterieur-vacances

Séjours longs : de plus de 7 jours

Si vous disposez de plus de temps, ça peut être un bon calcul, dans la perspective de tenter des à vue à votre max, de vous habituer au style de la falaise. Grimpez dans des niveaux que vous maîtrisez bien. Vous pourrez alors recueillir toutes sortes d’informations utiles sur la forme des prises, l’espacement entre les points, l’intensité des voies, etc…

Pour le après-travail, un séjour long permet d’envisager des projets plus ambitieux que lors d’un week-end. Cependant le dosage de la difficulté reste le point crucial. Il pourra être nécessaire en cours de séjour de réévaluer vos chances d’enchaîner. Et ceci en fonction de vos progrès dans la voie, de l’évolution de votre forme (fatigue, niveau de récupération) et des conditions météo.

Enfin, même si vous êtes dans l’optique d’une réalisation après-travail, rien n’empêche d’intercaler une journée de à vue. C’est top quand la pression commence à trop monter afin de varier les plaisirs et prendre un peu de recul !

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gianluca dit :

    Avec un peu d’astuce on peut oser un peu plus que cela en après travail rapide!

    -des voies relativement courtes demandent normalement moins de recuperation entre les essais…aussi elles sont souvent moins « subtiles », ce qui le rend candidates idéales à l’après travail rapide…

    -si on n’a pas de temps il faut être vraiment méticuleux dans,le déchiffrage de la méthode, essayer la voie à plusieurs, regarder des vidéos, etc. Mettre des vrais essais seulement quand tout est parfaitement calé.

    -il faut savoir profiter mentalement de la fin du trip… on n’a rien à perdre, on peut prendre son pied sans enchainer le projet…seule condition, se livrer au 100%!!!

    -certains retournent année après année aux mêmes spots…dans ce cas on peut très bien lancer un chantier sur plusieurs trips. Au minimum il faudra retenir le détail de la voie entre deux voyages (croquis, visualisation régulière). Avec expérience on peut aussi planifier un entrainement »ad hoc »…

  1. 31 juillet 2017

    […] Celui-ci provoque des désagréments dont les symptômes persistent plusieurs jours (cela dépend du nombre de fuseaux que l’on traverse) et peuvent rendre pénible le début d’un séjour. Alors si vous envisagez cet été de partir grimper aux Etats-Unis ou à Rocklands, voici quelques précautions à prendre pour profiter au maximum de vos vacances ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *