Escalade et peur de tomber : si on faisait appel à la PNL ?

peur-tomber-escalade-chute-vol
Peur du vide ? Peur de tomber ? Que vous soyez débutant ou grimpeur expérimenté, vous êtes peut-être arrivé à un stade où la peur vous limite dans votre progression. Une irrépressible peur de tomber qui vous paralyse et vous empêche d’exprimer tout votre potentiel dans une voie ! Heureusement, des solutions existent. Et parmi elles, la PNL. Explications.

PNL, quesako ? Dans le domaine de la psychologie, la PNL (ou Programmation neuro-linguistique) est un ensemble de techniques permettant d’identifier des schémas comportementaux. Des manières de fonctionner. Et ainsi de les faire évoluer. La peur du vide fait typiquement partie de ces comportements sur lesquels on peut agir par la PNL. Comme le montre une récente étude de l’Université d’Auckland.

PNL : définition

Cette discipline, la PNL, a été créée aux USA dans les années 1970 par John Grinder et Richard Bandler. Elle propose avant tout de mobiliser les ressources de notre inconscient, en vue d’une transformation de soi. En sport, elle est très utilisée en préparation mentale. En fait, le terme de programmation neuro-linguistique intègre les trois composantes fondamentales de l’expérience humaine : la neurologie, le langage et les programmations.

Pour résumer, ces trois composantes fonctionnent en synergie et interdépendance. Tout d’abord, le système neurologique régule la bonne marche de notre organisme. Ensuite, le langage détermine notre manière d’interagir avec les autres et avec le monde. Enfin, les programmations déterminent le modèle dans lequel nous choisissons d’évoluer et les représentations mentales qui y sont attachées. Dans son principe, la PNL se sert donc du langage pour agir sur les comportements et les représentations, pour les transformer et changer nos réactions physiologiques, comme par exemple celles qui nous vivons quand nous ressentons la peur du vide.

peur-vide-escalade-pnl

Peur du vide : la PNL comme solution au problème ?

Bonne nouvelle ! La PNL pourrait s’avérer d’une grande efficacité pour traiter la peur du vide, ou acrophobie. C’est ce qui ressort d’une étude néo-zélandaise. Jusqu’ici, les données cliniques sur l’efficacité de la programmation neuro-linguistique dans le traitement des phobies restaient assez rares. Par conséquent, Bruce Aroll et Suzanne Henwood du Department of General Practice and Primary Health Care University d’Auckland, ont cherché à évaluer, au cours d’une étude randomisée en simple aveugle, l’efficacité de la PNL sur des sujet souffrant de la peur du vide.

Méthodologie

Les participants ont été recrutés sur la base du questionnaire d’interprétation de la hauteur (Heights Interpretation Questionnaire ou HIQ). Et avaient besoin d’un score > 29 pour rentrer dans l’étude. L’intervention consistait, soit en un traitement rapide de la phobie, soit en une méditation de 15 minutes chez un groupe témoin. Le résultat était évalué par la proportion de participants ayant un score inférieur à 26 sur le HIQ à 8 semaines, à partir d’un questionnaire établi par courrier électronique pour maintenir l’aspect aveugle de l’étude.

En résumé, l’intervention nécessitait des participants de s’imaginer dans la situation qui les effrayaient (la peur du vide). Pour cela, ils devaient visualiser mentalement un film en noir et blanc de la situation, avec des détails, des sensations et des mots associés. Puis dérouler le même film mais cette fois-ci en marche arrière, et en couleur. Et ils faisaient ceci trois fois ou plus. Jusqu’à ce que la peur de la hauteur soit réduite. Où on s’aperçoit que par l’imaginaire et les procédés de visualisation, on peut modifier les représentations et les associations mentales liées au vide !

peur-vide-pnl-escalade

Résultats

92% des participants ont répondu et renvoyé leur questionnaire. Et ont été inclus dans l’intention d’analyse de traitement. La proportion de participants ayant un score de HIQ inférieur à 26 était de 34,6% (18/52) dans le groupe ayant bénéficié de l’intervention. Et de 15,2% (7/46) dans le groupe témoin. L’étude tend donc à montrer l’efficacité de la PNL dans le traitement de la phobie.

Discussion

En définitive, cette étude a été menée sur des personnes atteintes d’une véritable phobie, l’acrophobie, se traduisant par des réactions physiologiques fortes. Bien sûr, ce n’est pas le cas de la plupart des grimpeurs qui souffrent bien souvent d’une simple appréhension. Mais cette peur du vol et du vide est toutefois bien handicapante. Elle bloque la progression de bon nombre de grimpeurs. Ce qu’on peut retenir de cette étude, c’est que si la PNL a une efficacité prouvée sur des patients véritablement atteints d’acrophobie, a fortiori elle devrait avoir une efficacité similaire chez des individus sains. Raison de plus pour l’utiliser !

Photo Day in nature

Source

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Mariska dit :

    Attention, la PNL apparait depuis des années dans les rapports de la MILIVUDES (organisme luttant contre les sectes), et est considérée comme une pseudo-science voir une quasi-religion dont les résultats n’ont jamais été démontrés. cf. la page wikipedia sur le sujet.

  2. Fabien M. dit :

    Ce n’est pas la première fois que j’entends parler de cela.
    Très interressant!
    J’aimerais pouvoir l’ appliquer au sein des entraînements de mes groupes (enfants, ados loisirs et compétitions et adultes débutants loisirs).
    Mais en pratique, que peut on mettre en oeuvre pour appliquer cette « technique » quels « outils/méthode/exercice » proposer et quelles méthodes d’évaluation?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *