Revo Wild Country : l’assurage révolutionnaire ?

revo - wild country - assurage - escalade
Le fabricant anglais Wild Country travaille depuis plusieurs années à un dispositif d’assurage totalement nouveau : le Revo. L’idée ? Faire avancer le Schmilblick et éliminer autant que faire se peut les grandes causes classiques d’accident. Après 4 ans de tests et de prototypages – et un passage obligé par la case brevet – le Revo a enfin été dévoilé en avant-première. C’était la semaine dernière, à Sheffield. Et La Fabrique Verticale y était !

La Fabrique Verticale faisait partie des quelques happy few conviés pour venir tester le Revo en situation réelle, la semaine dernière, en Angleterre. Après une démonstration de ses fonctionnalités par James Pearson et Caroline Ciavaldini, nous avons pu nous aussi tester le dispositif dans les grands dévers de la salle Awesome Walls et sur le gristone du Peak District. Nous avons pu également échanger en direct avec les ingénieurs et designers de Wild Country à l’origine du projet. Passionnant !

revo - wild country - james pearson

Revo : le principe

Le Revo est le premier dispositif d’assurage bi-directionnel. Cela signifie qu’il n’y a pas de sens pour placer la corde. Une cause fréquente d’accident en escalade, on le sait, c’est de rentrer la corde à l’envers dans le dispositif d’assurage, qui n’est alors plus en mesure d’assurer ses fonctions. Là, aucun risque de se tromper ! Le Revo est totalement symétrique et donc ambidextre : il fonctionne aussi bien dans un sens que dans l’autre et s’adapte à un droitier comme à un gaucher.

Visuellement, le dispositif est plutôt esthétique. Design épuré alliant aluminium et acier, forme ronde qui évoque le logo de la marque Wild Country, parties ajourées qui permettent de voir le système fonctionner. En pratique, le Revo se présente un peu comme une poulie, munie de deux ailettes à son sommet qui basculent lors du blocage de la corde. On peut voir le mécanisme, breveté, très bien expliqué dans cette vidéo :

Revo from Wild Country on Vimeo.

Autre particularité : le Revo s’utilise comme un tube classique. Toutefois il se classe dans la famille des semi-autobloquants, car il possède un système anti-panique très intéressant, qui bloque la corde si l’assureur venait à la lâcher pour une raison imprévue. “L’objectif principal quand on a commencé à réfléchir au projet, explique James Wilson, ingénieur chez Wild Country, c’était de concevoir un dispositif très sécurit, quelque chose de simple et de vraiment sûr”.

Revo : une prise en main très intuitive

Pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour comprendre comment s’utilise le Revo. Lors de la séance de prise en main, James Pearson et Caroline Ciavaldini nous ont d’ailleurs totalement laissé chercher dans un premier temps comment s’installait la corde et comment fonctionnait le dispositif à l’assurage, allant même jusqu’à prendre des vols sans prévenir, dès nos premiers pas avec le Revo. C’est dire la confiance qu’ils avaient dans le dispositif !

assurage - escalade - wild country - la fabrique verticale - revo

En fait, son utilisation est très simple : on ouvre le Revo à l’aide d’une petite patte, on glisse la corde à l’intérieur, dans le sens que l’on veut puisqu’il n’y a pas de préconisation, et on rebascule le flasque pour refermer le tout. Une fois relié au pontet du harnais à l’aide d’un mousqueton à vis, le Revo s’utilise comme un tube. On donne le mou très facilement, on dynamise comme avec un tube et c’est bien sûr à l’assureur de tenir la corde en cas de chute. C’est uniquement lorsque l’assureur est défaillant que le système de blocage prend le relais.

Pour Egon Resch, chef produit chez Wild Country, le Revo apporte un vrai plus en terme de sécurité. Il combine la facilité d’utilisation d’un tube avec la fiabilité d’un semi-autobloquant : “Si vous êtes un bon assureur, vous bloquerez normalement la corde, comme avec un tube. Mais si vous êtes un mauvais assureur et que vous avez lâché la corde, le Revo bloquera à votre place !”. C’est ce que vous démontrent James et Caroline dans cette vidéo prise sur le vif !

Revo : la cible

Le Revo nous a semblé particulièrement adapté aux débutants et aux grimpeurs de salle, même si son poids, relativement léger (245g), autorise sans problème à l’emporter en falaise. D’un point de vue strictement pédagogique, il permet d’apprendre à assurer avec un tube et d’intégrer les bons réflexes, avec cet avantage incomparable de proposer un back up en cas de pépin. L’assureur doit toujours être attentif et il engramme les bonnes pratiques pour dynamiser une chute.

Pour redescendre son partenaire, l’assureur opère exactement comme avec un tube, les deux mains sous le dispositif. Il n’y a pas de poignée sur laquelle il risquerait de se crisper et laisser alors filer la corde (c’est malheureusement souvent ce qui est à l’origine de nombreux accidents avec d’autres assureurs présents sur le marché, en cas de mauvais réflexe et d’utilisation inadéquate).

revo-wild-country-appareil-assurage-escalade

Curieux de voir si le Revo était vraiment l’arme fatale contre les accidents liés à des fautes d’inattention dans les salles, nous sommes allés plus loin et nous sommes amusés à expérimenter quelques jeux idiots (à ne jamais faire chez vous 😉 ). Comme il n’était pas possible de rentrer la corde à l’envers dans le Revo – car il n’y a pas de sens 😉 – nous avons placé la corde de manière incomplète dans le dispositif, en ne l’engageant que dans la première moitié… Et là, surprise, le Revo bloque quand même !

Autre jeu idiot, suggéré par James et Caroline, oublier de donner le mou 😉 . L’idée était de reproduire une situation où l’assureur est totalement inattentif et discute avec son entourage sans regarder son partenaire. Là encore, le Revo s’est avéré performant car en tirant doucement la corde sans à-coups, le leader a été en mesure de prendre du mou sans bloquer le dispositif et poursuivre ainsi son ascension. Bien évidemment, encore une fois, ces jeux débiles sont totalement à proscrire chez vous 😉 !

revo-wild-country

Revo : les limites

Nous n’avons pas utilisé le Revo sur une très longue période : seulement une matinée sur mur puis 3 jours en extérieur, au Peak District, mais sur coinceurs, sans jamais chuter ni mouliner. Difficile donc de se faire une idée très précise des situations où le Revo serait potentiellement en échec. Un test au long cours du Revo à La Fabrique Verticale est d’ailleurs programmé, non plus avec un prototype cette fois-ci, mais avec le dispositif qui sera disponible en magasin. Stay tuned donc !

Revo : la mise sur le marché

Concrètement, le Revo ne sera pas disponible pour le public avant l’hiver 2017. Ce qui peut sembler relativement tardif, quand on sait qu’il est dans les tuyaux depuis 2012… Mais sans doute est-ce aussi le rançon à payer quand on développe un produit totalement innovant, qui tranche avec l’offre déjà disponible sur le marché et place la barre très haut.

Le prix de vente devrait avoisiner les 100 euros, comme le précise James Blay, responsable des ventes à l’international chez Wild Country. Après le lancement officiel à Sheffield la semaine dernière, l’étape suivante sera la présentation du dispositif aux acheteurs des magasins durant le salon OutDoor à Friedrichshafen, en juillet. Les dés seront alors jetés !

Revo : en bref

  • utilisable avec des cordes de diamètre compris entre 9 et 11 mm
  • poids : 245 g
  • fonctionnement bi-directionnel
  • système anti-panique

Vous aimerez aussi...

25 réponses

  1. SIMON dit :

    100euros le joujou! Damned! Rien ne vaut une bonne formation avec un éventuel rappel…en milieu scolaire, cela pourrait être intéressant (c’est le prof d’eps qui parle) mais à ce budget là les vieux Logic ont encore un peu de temps devant eux…

    • Olivier dit :

      Bonjour. Merci pour votre commentaire. Certes, un appareil de ce type peut paraître cher… Mais une assurance vie à 100 €, vous n’en trouverez pas beaucoup 😉 Au regard du nombre encore trop important d’accidents liés à des défauts d’assurage, et a fortiori à l’école (pour x raisons, dont le nombre important d’élèves sous la responsabilité d’1 personne), il convient néanmoins d’examiner plus avant les avantages que peut procurer cet appareil lors de la phase d’apprentissage. Alors sans aller jusqu’à acheter un pack complet, il peut être intéressant d’en disposer de 1 ou 2, afin de seconder les élèves les plus en difficulté ou les plus légers…

  2. Nicolas dit :

    Merci pour ce test! Cet appareil a l’air vraiment intéressant. Dommage que le prix prévu soit aussi élevé…

    Sinon, en mécanique « flasque » est un nom masculin. 😉

    • Laurence dit :

      Merci, c’est rectifié 😉 Pour ce qui est du prix, c’est vrai qu’il se situe dans la tranche haute, en même temps, pour un appareil qui apporte autant de sécurité, ça peut valoir le coup d’investir un petit peu plus 😉

  3. Sébastien dit :

    Article moyen sans réel sens critique du produit.
    Si on regarde la fiche technique on voit que c’est quand même très lourd, que c’est gros, que ça ne fonctionne qu’avec des cordes à simple et en plus c’est cher.
    De plus je pense qu’il est toujours mieux de commencer à apprendre à assurer avec un système non autoblocant (type 8 ou reverso) afin d’être sensibiliser au risque du sport et d’acquérir correctement les bons réflexes comme ne jamais lâcher la corde par exemple.
    Encore un gadget qui deresponsabilise un peu plus les grimpeurs….

    • Olivier dit :

      Bonjour Sébastien
      comme vous l’avez noté, puisque vous avez lu l’article, nous n’avons eu en main le Revo que quelques heures : un peu court pour émettre des avis ou critiques qui soient étayées par une utilisation longue. Nous pourrons en dire plus quand nous l’aurons testé au long court, c’est à dire à l’automne. Ce système est selon nous très intéressant au moins dans le cadre de l’enseignement, avec des groupes, justement pour apprendre à assurer avec une plaquette, puisque la manipulation de la corde est identique et surtout que dans son utilisation normale, c’est bien l’assureur qui bloque le grimpeur en cas de chute. Le système n’intervient qu’en cas de défaillance. Concernant le prix : ce n’est pas donné certes, mais cela apporte tout de même des améliorations substantielles aux systèmes existants. Pour le poids, puisque nous l’avons utilisé, on ne peut pas dire qu’il soit lourd, ni si encombrant que cela. La différence avec les appareils existants (de ce type) tient en quelques gorgées d’eau 🙂 Enfin, et les concepteurs l’indiquent bien ce n’est pas un outil universel, mais cela n’existe pas.

      • Sébastien dit :

        Reverso
        59g de la taille d’un mousqueton
        Fonctionne dans les 2 sens ne vrille pas la corde, fonctionne en simple ou en double pour couenne ou grande voie
        Utilisation simple et permettant de dynamiser avec une grande amplitude de diamètre de corde différents
        Inconvénient: il n’est pas autoblocant et cela oblige donc l’assureur à rester concentré
        Prix entre 25 et 30 euros suivant modèle marque et magasins
        Le Revo me semble donc vraiment un gadget sans intérêt sinon que d’inventer de nouveaux besoins chez les grimpeurs.
        D’ailleurs je ne pense pas que ce genre d’outil diminuera les accidents on disait exactement la même chose du grigri…

  4. bracq florence dit :

    Il me semble que le gri gri arrete aussi en cas de non concentration de l’assureur. Et les accidents arrivent surtout a ceux qui oublient de faire un noeud au bout de la corde. Et le revo n’arretera tjrs pas ces accidents! Alors, je trouve ce nouveau jouet moyen…surtout qu’il est cher !

    • Olivier dit :

      Désolé de te contredire Florence, nous avons pu constater (et pas seulement nous) le contraire à plusieurs reprises. En outre le Revo bloque même si la corde n’est pas placée correctement dedans. Enfin faire un noeud en bout de corde ou bien s’encorder n’a rien à voir avec le système d’assurage 😉

      • Manu dit :

        Alors ça doit dépendre des cas.
        Mais avec des cordes de 9,5 et 9,8 nous avons déjà vu arrêté des énormes plomb avec le grigri

  5. Pierre-jean dit :

    Et ce dispositif laisse t il l’a possibilité de dynamiser un gros vol? Car ça n à pas l air d être le cas de ce qu on en voit. Ce qui reste le problème des mécanismes à inertie de manière generale.

    • Olivier dit :

      Ce dispositif intervient en cas de défaillance de l’assureur, c’est à dire que lors d’une chute, l’assureur a toujours la main.

      • Pierre-jean dit :

        Il intervient quand la vitesse de déroulement de la corde provoque suffisamment d’inertie pour déclencher la came… ce qui peut être le cas sans défaillance de l’assureur. Maintenant ma question est : « la sensibilité du système permet elle une dynamisation sur un gros vol ? » Ou bien est-ce ce que ça verrouillé trop vite dans quel cas ça pourrais être traumatisant pour l’assuré… je pense que c’est l’une des choses qui pourrait être intéressant de voir dans un de vos tests.

  6. Philippe dit :

    Le Revo élimine deux dangers potentiels du Grigri: la poignée et le risque de mettre la corde dans le mauvais sens; c’est sans doute là que se situe son apport principal, et ce n’est pas rien. Ceci dit, il faudra voir à l’usage…

  7. totof dit :

    On dirait un silent partner en version réduite (et optimiser je pense)…A voir pour le solo.

  8. franck dit :

    Compliqué, lourd et couteux …
    En terme de pédagogie, ce n’est pas terrible puisqu’ensuite l’utilisateur va croire qu’il n’y a pas à faire gaffe au sens d’utilisation des assureurs. Par contre pour faire du « commercial » et faire grimper le « tout venant » avec un encadrant pour 20 personnes cela peut être rentable …
    Comment est la qualité de la descente ? Déblocage brutal ? Freinage suffisant ?

  9. Xima dit :

    Reste à voir avec quelle facilité on peut donner du mou car c’est un des gros défaut du grigri. Si c’est vraiment facile, je suis preneur ! car il gommerait vraiment tous les défauts du grigri.

  10. Antoine Philippe dit :

    escaladant les plus souvent en solo avec grigri 1 et 2 selon le diamètre de corde, je ne pense pas changer pour ce type d’assureur qui me parait lourd .Il existe sur le marché le MATIK qui dispose également d’un système anti panique .
    Quand je fais grimper mes petits enfants, je préfère les initier aux méthodes d’assurages avec reverso ou similaire .je pense que cela les responsabilisent .

    • Philippe dit :

      Le Grigri 1 n’est pas (non plus) un modèle de légèreté… Pas testé le Matik, qui m’a l’air très bien. Le click up me convient à merveille.
      Mes enfants m’assurent au demi-cabestan, ça fonctionne très bien, et ça freine mieux qu’un puits.

  11. Yann dit :

    Incroyable comment le monde est chialeux !!!! Félicitation pour l’innovation j’ai tres hâte de le tester. Le grigri est aussi très cher présentement et je ne m’en passerais jamais. Un système qui peux vous sauver en cas de mauvais manipulation 🙂 nous ne sommes pas sans savoir qu’un accident est si vite arrivé, meme parmit les meilleurs assureurs de ce monde.

  12. eric dit :

    et maintenant apres plus d’1 an, est-ce qu’un test longue duree a pu mettre en evidence des soucis, ou est-ce toujours le produit phare?

    • Olivier dit :

      Le Revo a subi plusieurs modifications depuis sa présentation officielle afin d’optimiser son fonctionnement, qui nous avait déjà paru très très bon ; et il a même changé de nom 😉 Mais nous vous en dirons plus dès que sa sortie définitive (son reborn) sera effective.

  1. 7 juillet 2016

    […] ont filtré et on peut déjà vous dire qu’il va y avoir du neuf au rayon assureur, avec le nouveau Revo de Wild country, que nous avons déjà eu le plaisir de tester, et une belle nouveauté chez Petzl, […]

  2. 29 juin 2017

    […] vous avions déjà parlé du Revo de Wild Country qui semble désormais en phase de commercialisation après quelques flottements et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *