Test Matériel : le mousqueton Twin Belay D de Beal

Beal a sorti ces dernières années une gamme complète de mousquetons de sécurité. Particularité : ils sont équipés d’un système breveté, mis au point par le fabricant italien Grivel, le Twin Gate. Cette technologie ingénieuse révolutionne l’univers des connecteurs à vis ou à verrouillage automatique. Elle a intrigué La Fabrique Verticale, qui s’est donc procuré le Twin Belay D de Beal, pour un test en situation.

Pour tester cette technologie Twin Gate, notre choix s’est porté sur le Twin Belay D de Beal. Mousqueton HMS asymétrique de bonne capacité, il reprend le concept de Grivel, avec ses deux doigts à ouverture opposée. Mais l’utilisation est rendue plus facile par l’intégration d’un doigt fil (à l’extérieur) et d’un doigt coudé (à l’intérieur). Bref : manipulable d’une main sans avoir fait Sciences Po 😉

Pour faire rapidement les présentations, les mousquetons de la gamme Twin Gate sont des connecteurs utilisables dans toutes les situations classiques nécessitant un verrouillage de sécurité. Par exemple pour relier le dispositif d’assurage au pontet ou organiser un relais en grandes voies, etc. Seule différence et elle est de taille : ils ne présentent ni vis ni bague de sécurité automatique, à pousser ou twister…

Intérêt de la technologie Twin Gate

Le principal intérêt de la technologie Twin Gate, c’est de rendre impossible l’ouverture inopinée du mousqueton, lorsqu’il est verrouillé et doit le rester. Du fait même de sa construction, le Twin Belay D de Beal ne peut s’ouvrir seul. Comme les autres mousquetons de cette gamme d’ailleurs. En effet, c’est le jumelage des deux doigts, qui agissent en sens opposés, qui garantit un verrouillage 100% sécurit.

ouverture-twin-belay-beal

Aucune action mécanique extérieure autre que volontaire n’est susceptible d’agir simultanément sur les deux doigts, lorsque le mousqueton doit rester fermé pour des raisons de sécurité. Par rapport à un mousqueton à vis classique qu’on peut oublier de verrouiller ou un mousqueton automatique dont la bague peut être mise en action par inadvertance lors de frottements sur le rocher, le Twin Belay D de Beal apporte un vrai plus en termes de sécurité.

Prise en main et facilité d’utilisation

Mousqueton de taille moyenne, le Twin Belay D de Beal convient à tous, y compris aux petites mains. Et son ouverture facilitée par la présence du doigt fil et du doigt coudé ne nécessite pas d’apprentissage particulier. C’est très commode d’utilisation, d’une main, même avec des gants. Et ce dès la première utilisation.

Les autres mousquetons de la gamme, à doigts droits, peuvent rebuter à première vue. Car ils demandent un temps d’adaptation certain. Le Twin Belay D au contraire se laisse docilement dompter. On n’a plus à penser à verrouiller son mousqueton de sécurité : ça se fait tout seul ! Et c’en est presque déresponsabilisant…

Usage préférentiel

Comme tout autre mousqueton HMS, le Twin Belay D de Beal n’est pas vraiment fait pour relier le dispositif d’assurage au harnais. Et de toutes façons, son doigt fil, d’une largeur conséquente, le rend incompatible avec l’utilisation du Grigri (il ne passe pas dans l’œillet). Pour relier un dispositif d’assurage au pontet du harnais, si vous utilisez une plaquette (ou tube), vous pourrez utiliser un autre mousqueton de la gamme Twin gate, le Twin Guide. Pour le Grigri, il sera préférable de vous orienter vers le modèle Twin Auto Belay, compatible avec ce type d’assureur grâce à un doigt fil plus fin, même si son usage principal est normalement en bout de longe.

twin-belay-beal-grigri-petzl

Le Twin Belay D en grandes voies

Utilisé en mousqueton de relais, en grande voie, le Twin Belay D de Beal s’avère plutôt bien adapté. C’est d’ailleurs son utilisation préférentielle. Il est relativement léger et maniable. On le sort facilement du porte-matériel. De bonne capacité, il peut accueillir un cabestan ou un demi-cabestan, faisable d’une main, sans trop de complication. Selon la taille de la plaquette, cependant, on pourra avoir quelques difficultés à le placer, en raison de la largeur du doigt fil. Ah là, là, va falloir sérieusement se mettre au régime, Monsieur Twin Gate 😉

cabestan-grandes-voies-twin-belay-d-beal

Par contre, ce qui nous a plutôt séduit dans ce mousqueton, et c’est d’ailleurs un de ses atouts majeurs pour l’assurage du second en grandes voies, c’est sa forme bien arrondie et sa surface de contact. Celle-ci a été spécialement étudiée pour un travail optimal de la corde. Son profil rond de 12 mm de diamètre limite en effet bien l’usure de la corde. Et cette caractéristique le rend également très approprié pour les descentes en moulinette.

Les plus

  • ultra sécurit
  • bien maniable
  • robuste
  • prix raisonnable

Les moins

  • moins polyvalent qu’un mousqueton à vis classique ou automatique
  • peut avoir tendance à déresponsabiliser l’utilisateur

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Flavien dit :

    Hello, merci pour ce petit test matériel, ça fait presque un an que j’en utilise (le Twin belay Pear et le Twin auto Belay) et je ne peux pas m’en passer ! Et j’ajouterai aussi qu’ils sont un poile plus résistant que n’importe quel autre mousqueton ! 😉

  2. Romain dit :

    J’ai eut le malheur d’alléger ma bourse poir ce genre de moustif.

    Que dire sur le long terme… toujours la galère a manipuler, je l’avais acheté pour me faire une vache légère et rapidement securisable en couenne mais il a fini au placard. Je vous laisser les joies de prendre un retour de gâchette dans les doigts quand ceux-ci sont maché par une longue journée.

    Quand je dis fini au placards c’est vraiement le cas. G voulu m’en servir pour accrocher mes précieux chaussons meme cette utilisation est à proscrire.

    Bref vous l’aurez bien compris ce n’ai pas moi qui vous en dirais du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *