Test escalade : Casque enfants Picchu de Petzl

escalade-casque-enfants-picchu-petzl
Si votre enfant démarre l’escalade cette année, nous ne saurions trop vous recommander l’achat d’un casque, adapté à sa taille et à sa pratique. Parmi les différents modèles disponibles sur le marché, La Fabrique verticale a pu tester le casque Picchu de Petzl, un modèle homologué pour la pratique de l’escalade, mais aussi du vélo !

Le casque Picchu est un casque léger et confortable, destiné aux tout petits. Idéalement de 3 à 8 ans, avec un tour de tête compris entre 48 et 54cm. Notre choix s’est porté sur ce modèle car il est multinorme (escalade ET vélo). Et c’est un avantage évident pour les parents, tant en termes de budget que de stockage, de n’avoir à acheter qu’un seul casque pour leurs bambins. Rappelons que depuis le printemps dernier, le port du casque à vélo est obligatoire en France !

Pourquoi un casque en escalade ?

L’achat d’un casque est inutile si vous avez inscrit votre enfant dans une salle de bloc. En revanche, pour l’escalade de voies, en tête ou en moulinette, en salle et à fortiori à l’extérieur, il est fortement recommandé. Certes il ne garantit pas une protection contre tous les chocs. Mais il réduit fortement le risque de blessures à la tête. Notamment en cas de pendule par exemple ou de chute la tête en bas. Et lors de choc violent, il est conçu pour absorber le maximum d’énergie en se déformant.

Attention, il est déconseillé aux enfants d’utiliser le casque Picchu dans des situations présentant un risque de strangulation ou de pendaison, au cas où ils resteraient accrochés par leur jugulaire, par exemple dans les aires de jeux

casque-picchu-escalade-petzl-enfants

Facilité d’utilisation et de réglage

Sur le plan pratique, le casque Picchu s’adapte bien à la morphologie des enfants. Et à la petitesse de leur tête. Nous avons confié le modèle avec notre nièce, Clémentine, 8 ans. Cette championne en herbe s’illustre aussi bien en ski qu’en snowboard, surf, VTT ou escalade, avec une prédilection pour les situations “qui font peur”.

Le réglage du casque est classique mais bien fonctionnel. La mise en place s’est fait suffisamment rapidement pour que Clémentine puisse aller se livrer à ses occupations favorites, sans trop s’impatienter. La position des boucles de jugulaire, le serrage et la hauteur du tour de tête sont facilement réglables pour un ajustement confortable.

casque-picchu-petzl-reglages-casque-enfants-escalade

Construction

Du point de vue conception, le casque Picchu est composé d’une calotte légère en ABS injecté pour la protection et la robustesse. Et d’une coque interne en polystyrène expansé pour absorber les chocs. C’est une construction classique mais efficace, qu’on retrouve bien des casques – enfants ou adultes – présents sur le marché.

Il est pourvu d’ouvertures latérales qui procurent une bonne ventilation en escalade. En VTT, par contre, le Picchu s’est avéré limite chaud en utilisation estivale, évacuant peu la transpiration. Cela dit, les mousses sont amovibles et lessivables. Donc à l’usage, le Picchu s’en est bien sorti !

Les petits bonus

Le casque Picchu est livré avec une série d’autocollants retro réfléchissants. Ce qui permet de le personnaliser tout en renforçant la visibilité. Ceci n’a aucun intérêt dans le cadre de l’escalade, on est bien d’accord. Mais dans celui du vélo, en revanche, c’est top ! Dans la dernière version du Picchu, les coloris (framboise ou corail) sont de plus bien flashy. Ce qui le rend visible de loin par les automobilistes. Bon point !

escalade-casque-enfants-picchu-petzl-autocollants

Autre bon point, le prix : 39,90 euros ! Ce qui le place parmi les modèles les plus accessibles du marché. Son poids, 310g, n’en fait pas le plus léger. Mais grosso modo dans la fourchette classique des poids des casques enfants (le plus léger se situant autour des 250g).

Législation et vélo

Depuis le 22 mars 2017, le port du casque à vélo est obligatoire en France, pour tous les enfants de moins de 12 ans. Cette mesure sécuritaire a été actée le 21 décembre 2016, par la parution au Journal officiel du décret n°2016-1800. Jusqu’à présent, le port du casque était juste fortement recommandé. Il est aujourd’hui obligatoire, que l’enfant soit d’ailleurs passager ou conducteur. Les contrevenants encourent une amende de 90 euros.

L’enjeu est de réduire la gravité des blessures au visage. Et les risques de traumatismes crâniens des enfants pratiquant le vélo. Le casque diminue le risque de blessure sérieuse à la tête de 70%, le risque de blessure mineure de 31% et le risque de blessure au visage de 28%. Concernant le risque de perte de connaissance : à plus de 10 km/h, il passe de 98% dans le cas d’une tête non casquée à 0,1% pour une tête casquée.

On estime à environ 5,5 millions les usagers vélo occasionnels ou réguliers âgés de moins de 12 ans. (…) Sur une période de 5 ans (2011-2015), 1 178 enfants de moins de 12 ans ont été impliqués dans un accident de vélo. Parmi eux 26 enfants ont été tués, 442 enfants ont été “blessés hospitalisés”, 665 enfants ont été “blessés légers”. Et seulement 45 enfants ont été indemnes (source).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.