5 questions à se poser avant un essai après-travail

L’escalade après-travail est une modalité de pratique assez stimulante, qui permet de progresser et de repousser ses limites. Une fois la phase des premières montées passée, dédiée au calage des méthodes, vient celle des essais, où l’enchaînement peut intervenir à tout moment. Quelles sont les questions à se poser pour faire la croix vite et bien ? Voici l’avis de La Fabrique Verticale !

Mon projet est-il clair et précis ?

Avant de partir dans un essai après-travail, la première chose à faire est de se remémorer précisément toutes les séquences de mouvements de la voie : tous les déplacements de mains ou de pieds, tous les placements de corps, tous les mousquetonnages… Et avoir une idée bien précise du rythme qu’on veut donner à son escalade : sections où il faut accélérer, points de repos éventuels. Tout ceci nécessite d’avoir fait au préalable de bonnes montées de repérages, pour tout caler au millimètre.

Suis-je vraiment opérationnel ?

Comme écrivait Nietzsche, “le diable est dans les détails”. Et en effet, bien souvent, une performance se joue à d’infimes petites choses. Donc mettez toutes les chances de votre côté et vérifiez, par exemple, qu’il n’y a pas de nœuds sur la corde qui pourraient empêcher votre assureur de vous donner convenablement le mou lors d’un mousquetonnage, que vos chaussons sont bien nettoyés, que vous n’oubliez pas votre sac à magnésie ou qu’il est bien ouvert…

Suis-je dans le bon état d’esprit ?

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, l’escalade après-travail peut générer une certaine forme de pression. On fait tous les mouvements, puis des sections entières, les essais s’enchaînent et on sent qu’on est tout proche, sans pourtant parvenir à faire la croix. Et là commence parfois un dur chemin mentalRevenez à l’essentiel : appréciez le processus en lui-même, pensez au challenge ! Et faites vos essais a muerte, avec plaisir et motivation ! L’escalade après-travail est une formidable occasion d’acquérir de nouvelles habiletés et de progresser.

Suis-je prêt à forcer comme un phacochère ?

Il n’y a pas de secret, pour enchaîner une voie dure, il va vous falloir accepter de vous mettre dans le rouge. N’imaginez pas que vous partez faire une petite marche digestive, ça ne se passe pas comme ça. Ou alors, si c’est le cas, vous pouvez faire des voies beaucoup plus difficiles ! Bref, avant de partir dans la voie, switchez en mode phacochère et en avant pour la charge ! Rien ne vous arrête sur votre passage.

Quid de la sécu ?

Last but not least, la sécurité… L’esprit focalisé sur un projet, on a vite fait de commettre quelques bévues, qui peuvent avoir de graves conséquences. Donc on insistera jamais assez sur les vérifications à faire systématiquement avant de grimper (et c’est valable aussi pour le à-vue 😉 ) : Est-ce que j’ai bien fait mon nœud ? Mon assureur est-il prêt ? A-t-il bien installé l’appareil d’assurage sur le pontet et vissé le mousqueton de sécurité ? Est-il concentré pour me parer sur les premiers mètres et m’assurer sur la suite ? A-t-il fait un nœud au bout de la corde ?

Attention aux dégaines et mousquetons en place dans les voies dures. Leur solidité est souvent mise à mal par des séjours de plusieurs années en extérieur. Vérifiez-en l’état lors des montées de repérage et n’hésitez pas à les changer si besoin !

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Fabien dit :

    Comment vérifie-t-on l’état de l’équipement en place, notamment des dégaines qui restent des mois ou des années ?
    Merci

    • Axel dit :

      Tu peux deja regarder la couleur de la sangle, si elle est bien blanchi par le soleil c’est qu’elle est plus en état. Apres pour le mousqueton regarde s’il ferme bien, s’il est pas trop abîmé. Et dis toi que si tu as un doute il faut changer le matos 😉

      • Seb dit :

        Le mieux quand il y a des dégaines en place c’est de mettre les siennes.
        -En effet on ne sait jamais depuis combien de temps elles y sont, même si l’aspect semble bon.
        -le vent les fait tourner et taper les mousquetons s’abîment.
        -puis logiquement les voies avec dégaines dans le secteur choisi par vos soins sont dures, donc sans doute après travail.
        On va caler les mouvements et on peut bien prendre le temps de les changer.
        MOURIR POUR 2 euros c’est domage.

    • Loïc dit :

      En cas de doutes, ne pas douter, changer le matériel en place……

  2. Le Calou dit :

    …et ne pas oublier de vérifier si les boulons sont bien vissés!!!! Les dégaines qui séjournent longtemps et qui jouent et dansent avec la tram et le mistral peuvent à la longue forcer les goujons à se dévisser!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.