Se fixer des objectifs : une méthode sûre et efficace

objectifs-escalade

C’est la rentrée, et avec elle, son flot de bonnes résolutions habituelles : (Re)faire du sport, manger équilibré, arrêter de fumer, cesser de râler… Le problème avec ces résolutions, c’est qu’elles tiennent au mieux quelques semaines. Puis tombent très vite aux oubliettes. Pourquoi ? Parce que vos objectifs sont trop globaux. Explications.

En fait, pour avoir une chance de tenir vos résolutions, il faut vous fixer des objectifs quotidiens. Et précis. Et surtout il faut en avoir VRAIMENT envie. Ce n’est pas facile, nous direz-vous. Et à La Fabrique verticale, nous sommes 100% d’accord avec vous. Pour autant, c’est la seule manière d’atteindre vos objectifs à moyen ou long terme.

Les objectifs en escalade c’est pareil, c’est tous les jours qu’il faut y travailler, petit pas par petit pas, étape par étape. Bon, c’est sympa ce petit laïus mais concrètement comment fait-on ? Pour fêter cette rentrée, nous vous proposons un petit jeu. On rigole avec La Fabrique verticale 🙂 )

fixer objectifs escalade progresser

Se fixer des objectifs : avancer pas à pas

Voici une méthode classique pour définir des objectifs et des étapes intermédiaires.

1- Identifiez votre gros objectif en escalade pour ces prochaines semaines ou mois à venir. Ça peut être un projet de trip escalade à la Toussaint, un contest de bloc à la salle, une voie difficile que vous avez envie d’enchainer d’ici le printemps…

2- Découpez-le en plusieurs étapes : étape 1, puis étape 2 etc. Par exemple, dans l’hypothèse du travail d’une voie, être capable de faire tous les mouvements à la Toussaint, puis progressivement des séquences de mouvements plus longues. Prévoir des séances régulières dans la voie, pour s’habituer à la gestuelle et à l’intensité des mouvements.

3- Pour chaque étape, listez les actions nécessaires. Par exemple, si un mouvement très dur vous résiste, en force doigt, gainage ou coordination, il vous faudra peut-être repasser par la case entraînement physique, avec des séances dédiées à la poutre, aux anneaux ou sur le pan Güllich.

4- Maintenant que vous avez votre plan d’action, répartissez les actions dans le temps. C’est la phase cruciale de la construction d’un programme d’entraînement. Car sauf si vous êtes rentier ou grimpeur professionnel, il vous faudra prendre en compte toutes sortes de contraintes, familiales et/ou professionnelles.

5. Enfin, passez en mode rétroplanning, c’est à dire partez de la date butoir que vous vous êtes fixée. Puis répartissez les actions à mener jusqu’à aujourd’hui. Réfléchissez aux points à travailler, qui seront autant d’étapes intermédiaires jusqu’à votre objectif. Alors ? c’est pas plus facile comme ça ? Moins anxiogène ?

Nous serions ravis d’avoir vos retours d’expérience sur vos résolutions en escalade. Et sur vos projets à venir. Alors, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaires. Et si entre temps vous avez aussi réussi à arrêter de fumer, ça nous fait bien plaiz aussi 😉

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Guillaume dit :

    J’aimerais juste pouvoir progresser en technique pour monter en cote et avoir des voies / bloc plus inintéressantes / différentes… Mais j’ai vraiment l’impression de stagner. Mes seuls progrès me semble due à des muscles plus adaptés à la pratique.

    • Olivier dit :

      Salut Guillaume
      La progression musculaire est somme toute assez mécanique.
      Il en va différemment pour les progrès gestuels ou techniques. Cela nécessite de pouvoir bénéficier d’un regard extérieur qui vous guidera en mettant en évidence vos lacunes et en vous proposant des pistes de travail.

  2. Mika dit :

    Mon objectif…me faire plaisir;)
    J’en profite également pour féliciter l’équipe de la fabrique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.