Déconfinement et respect de notre environnement

deux vautours, claude tardieu

L’heure du déconfinement a sonné. Après des semaines d’enfermement, chacun a envie et c’est légitime de retourner dehors. Et nous grimpeurs, aspirons à retrouver nos falaises chéries. Ces espaces naturels sont un bien commun. Et pas seulement à l’humanité…

Durant la période de confinement, les principaux hôtes des falaises ont retrouvé une certaine quiétude, ce qui aura été favorable à la reproduction. Pour les espèces les plus sensibles, ceci n’est pas anodin car la réussite de cette étape représente un enjeu majeur de préservation.

Faucon pélerin. Photo : André Schont

Au moment même où nous profitons à nouveau de la sensation des doigts sur les prises, mais aussi du bruit du vent dans les arbres, du parfum des fleurs, du chant des oiseaux et de toutes les petites choses merveilleuses qu’offre notre environnement naturel, il serait dommage d’oublier qu’il ne tient qu’à nous que cette beauté demeure.

Préserver cet équilibre délicat n’implique pas pour nous de faire grands sacrifices.

Vautour fauve. Photo : Yvon Toupin

Par exemple, dans les gorges du Verdon où les voies se comptent en milliers, il y aura seulement 40 voies d’escalades à ne pas emprunter d’ici le mois d’août.

Vous en trouverez la liste sur le site du Parc Naturel régional du Verdon, sur sa page facebook ou sur ce lien.

C’est simple à respecter et en faisant cela nous nous faisons le cadeau de pouvoir profiter encore longtemps du spectacle des vautours planant dans le vent.

Vautour fauve – Photo : laurent Virat

Merci aux photographes, Nicolas Casène, Claude Tardieu, André Schont, Yvon Toupin et Laurent Virat, pour la mise à disposition de leurs images.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.