Grimpeuse par passion : Babsi Zangerl

Babsi Zangerl est une grimpeuse autrichienne extrêmement polyvalente. Elle a été la première femme à atteindre la cotation de 8B en bloc. En falaise, elle a une pleine brouette de 8c+ à son actif. Elle est aujourd’hui surtout engagée dans les grandes voies. Et dans un style d’escalade qui ne draine pas beaucoup les foules, surtout féminines : le trad’. La Fabrique verticale a eu envie d’en savoir plus sur cette grimpeuse discrète et talentueuse.

Tardivement révélée, tu touches un peu à tout en escalade. Parle-nous de ta principale motivation en tant que grimpeuse !

Quand j’ai commencé à grimper vers 14 ans, je me suis rapidement tournée vers le bloc, qui est devenu ma seule et principale motivation. Jusqu’à la vingtaine, je n’ai fait que ça. Vers l’âge de 19 ans, j’ai eu une blessure assez grave, une hernie discale. Ça a changé beaucoup de choses dans mon approche de la pratique. Dans le même temps, j’ai commencé à voir l’escalade dans une perspective plus large. Et finalement, c’est ce qui m’a conduit à grimper un peu plus avec la corde.

Au départ, c’était plus dans une logique de reprise de l’activité mais petit à petit, j’y ai pris goût. C’est devenu une passion et ma motivation s’en est même trouvée décuplée. Et plus le temps passe, plus j’aime ça ! Et surtout de combiner tous les styles d’escalade. C’est même ce qui me permet de conserver la motivation au plus haut. Chaque style d’escalade apporte ses propres challenges et c’est fascinant. C’est cool de changer de style !

GRIMPEUSE-FABRIQUE-VERTICALE

Comment s’organisent ces différentes pratiques les unes par rapport aux autres ?

Généralement, l’hiver, comme je vis dans une région de montagne où il y a pas mal de neige, il y a toujours une période consacrée à l’entraînement en salle, ce qui n’empêche pas d’aller un peu dehors, si l’occasion se présente. Au printemps, je mixe de l’escalade en falaise, du bloc ou du trad’, selon l’inspiration. L’été est dédié aux grandes voies et l’automne aux big walls ou au trad’.

grimpeuse-passion-escalade-entrainement-progresser-babsi-zangerl

Ça marche plutôt bien comme ça pour moi. J’aime être dehors, et pour moi l’aspect mental de l’escalade est primordial. C’est ce qui m’excite le plus et m’offre le plus de challenges. La part aventureuse de l’activité est importante à mes yeux. C’est-à-dire être en paroi plusieurs jours, partir à la recherche de nouveaux spots, gérer mes peurs ou encore plus prosaïquement découvrir de nouveaux pays ou de nouvelles cultures. C’est, j’imagine, ce qu’on englobe sous l’expression “escalade comme mode de vie”.

Quels ont été tes plus importants challenges en tant que grimpeuse ?

J’ai commencé par le bloc et j’ai voyagé un peu partout autour du monde pour assouvir cette passion. Puis j’ai évolué vers la falaise, près de chez moi dans les vallées d’Ötztal ou Zillertal. ET ça a été les grandes voies et même aujourd’hui les big walls. Je ne peux pas m’imaginer pratiquant une seule de ces disciplines. Le challenge, c’est déjà la découverte. Partir de zéro et aller vers l’inconnu. Mes souvenirs les plus marquants en tant que grimpeuse, de ce point de vue, sont sans doute Hotel Supramonte en Sardaigne ou Delicatessen en Corse. Et bien sûr Silbergeier au Ratïkon et les voies d’El Capitan, au Yosemite. Il y a aussi Prinzip Hoffnung, la première voie dure que j’ai fait en trad’, en dalle, à Bürs, là où je vis : un souvenir très fort !

grimpeuse-passion-escalade-babsi-zangerl

Qu’est-ce qui te motive actuellement ?

Les big walls ! J’ai pas mal de projets en vue pour cet été, que ce soit à Chamonix ou à l’Eiger, ou dans les Alpes en général. On verra ce qui est en conditions… Et à l’automne prochain, j’aimerais retourner au Yosemite. Pour l’instant, mon esprit est tourné vers les Dolomites, où Jacopo (Larcher, le compagnon de Barbara ndlr) et moi avons quelques chantiers, difficiles à planifier en raison de la météo, très instable.

grimpeuse-escalade-fabrique-verticale

Tu es soutenue par la marque Black Diamond. Quels sont tes produits préférés de cette marque et pourquoi ?

J’aime bien le harnais Solution, que je peux utiliser pour tout type de pratique. C’est parfait pour le trad’ ou les grandes voies. Confortable et n’entrave pas les mouvements. Il est aussi léger et bien adapté à la falaise.

J’aime bien le pantalon Alpine light softshell, qui est parfait pour les big wall. Il sèche vite, protège bien du vent et il reste léger. J’utilise beaucoup en grandes voies ou pour des courses alpines. Mais aussi en falaise.

Sinon, j’ai toujours dans mon sac une Stance Belay Parka, une doudoune bien chaude que je peux enfiler dès qu’il fait un peu frisquet. Ça me permet de rester au chaud entre les essais dans les voies. C’est le type de vêtement que tous les grimpeurs devraient avoir pour assurer l’hiver !

babsy-zangerl

Comment tu te prépares quand tu as un objectif qui te tient à cœur en tant que grimpeuse ?

Je m’entraîne toujours assez longtemps à l’intérieur l’hiver, ce qui me permet de bien me mettre en forme. C’est deux à trois mois incompressibles qui servent à me préparer spécifiquement pour la saison à venir, sur le rocher. Ainsi, je m’entraîne beaucoup sur system board, où je peux systématiser le travail avec des arquées, des plats, des pinces… Et puis je fais aussi pas mal de pan Güllich et d’entraînement à la poutre, sur une Beastmaker. Je travaille aussi les muscles antagonistes et je fais des anneaux, pour le gainage.

grimpeuse-interview-babsy-zangerl-escalade-entrainement

À la fin de cette période consacrée à la force, je passe à un entraînement plus axé sur la résistance et l’endurance. J’ai peu ou prou toujours la même approche de l’entraînement, quel que soit l’objectif. En fait, j’ai cette phase d’entraînement l’hiver et après je grimpe le plus possible sur le rocher, pour m’entraîner spécifiquement et directement dans les projets que je convoite. Et comme je balaie différents styles, différentes voies, ça s’avère être la meilleure des préparations. De toutes façons, jamais je ne pourrais m’entraîner à l’intérieur toute l’année…

grimpeuse-passion-babsi-zangerl-fabrique-verticale-escalade

Quel conseil pourrais-tu donner aux lecteurs de La Fabrique verticale ?

De suivre leur motivation profonde ! Pour moi, c’est hyper important de grimper dans des voies qui me motivent à 100%. Et quand je sens que la motivation redescend un peu, je n’insiste pas, je passe à autre chose. Grimper avec beaucoup d’envie, c’est ce qui me permet de m’impliquer pleinement dans un projet et de repousser mes limites. Découvrir la variété de ce que l’escalade a à nous offrir, c’est la clef pour conserver la motivation. En tout cas, c’est ce que je ressens au fil des années qui passent !

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. seb dit :

    J aurai bien voulu qu’elle en dise plus sur son Hernie discale !! a t’elle été opéré? comment fait elle car faire du bloc avec ce soucis physique !!, j en ai deux et les chutes en blocs sont proscrite !!

  1. 30 mai 2018

    […] Austrian climber Barbara Zangerl has redpointed Speed Intégrale at Voralpsee in Switzerland, her first 9a sports climb. It’s astounding how much the mind influences sports performance. How stress or anxiety can negatively impact your climbing even if your body is 100%. And, conversely, how close you can get to your physical limit if your have the right mindset. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.