MuleBar : de l’énergie au naturel

Test des MuleBar
MuleBar, c’est l’aventure de deux Anglais, Alex et Jimmy, qui ont poussé à fond la logique des barres énergétiques « home-made ».

Si cette marque existe depuis 2002, cela fait environ 5 ans qu’elle a rejoint le gotha des grandes enseignes et que ses produits sont largement utilisés par les cyclistes ou les trailers bien sûr, mais aussi les grimpeurs.

Une démarche

Avant de goûter ces barres, il paraît intéressant de souligner la démarche de l’entreprise, résumée en 5 mots clés :

  • Éthique, puisque les ingrédients, naturels, sont issus du commerce équitable.
  • Écologique : les emballages sont biodégradables et compostables (cela ne doit toutefois pas être un prétexte pour les jeter n’importe où !) ; et MuleBar reverse 1% de son C.A au profit d’associations environnementales.
  • Originalité qui se révèle dans les recettes mais aussi le design des emballages.
  • Goût, par la volonté d’offrir des aliments qui apportent aussi leur dose de plaisir et de réconfort.
  • Performance car l’enjeu est bien de permettre aux sportifs de rester efficaces tout au long de leur effort.

Les produits

MuleBar propose trois catégories d’aliments :

  • Les MuleBar Energy qui comme leur nom le suggère, sont riches en glucides et sont préconisés en ration d’attente ou pendant la pratique.
  • Les gels Kicks Energy qui dispensent une énergie immédiate.
  • Les MuleBar Refuel, riches en protéines et par conséquent plus destinées à la récupération.

Ce sont les MuleBar Energy, gracieusement mises à notre disposition par Greg de MuleBar, que nous avons glissé dans nos sacs pour les tester lors de journées en falaise. Nous avons consommé une à deux barres par séance, avec de l’eau.

Le test

Emballage et utilisation

À chaque saveur son emballage. Bien sûr cela n’influence en rien la qualité des produits que l’on va consommer, mais c’est toujours sympa de voir un peu de couleurs.

Les barres s’ouvrent facilement. Si le papier a un peu tendance à coller (on ne peut guère par exemple ouvrir une extrémité puis faire glisser la barre), il est néanmoins solide et on peut manger une portion puis remballer ce qui reste pour plus tard.

Le goût

C’est là que se situe un des points fort de MuleBar. En effet, les 8 variétés offrent une large palette de saveurs : mélange acidulé de fruits rouges pour les Summer Pudding ; douceur de l’abricot associé aux noix des Hunza Nut ; mélange exotique de l’ananas, des noix de coco et des baies de Goji pour les Piñacolada

Parmi ces barres sucrées, si la Summer Pudding nous a paru un peu trop acidulée, nous avons particulièrement apprécié les Strudels (pommes, cannelle, raisins secs), idéalement sucrées ou les Jimmy’s, chocolat-orange.

La barre Liquorice (que nous n’avons pas goûté), est la seule barre sans fruits ; elle est censée offrir un goût plus neutre, pour ceux qui sont lassés des saveurs habituelles.

Et puis il y a la Eastern Express, une barre salée associant pistache, amandes, graines de sésame et de potiron, poivre, garam massala, flocons d’avoine, raisins blancs séchés et enfin sirop de riz brun. Épicée, légèrement piquante, cette recette surprend dans un premier temps ; elle nous a cependant plu pour l’alternative qu’elle propose au « tout sucré ».

La texture

Moelleuse, dure, croquante… la texture intervient forcément dans le plaisir que nous apportent les aliments. Les MuleBar présentent tout d’abord l’avantage d’avoir une bonne cohésion, même par forte chaleur. On en prélève des morceaux facilement. Ensuite, le mélange des noix et des fruits procure à la fois moelleux et croquant ce qui s’ajoute à la qualité gustative.

Aspects nutritionnels

Sur le plan quantitatif, les barres pèsent 56 g et leur apport énergétique varie de 190 à 220 kcal, ce qui les place dans la moyenne des produits du marché. Elles nous ont paru satisfaisantes dans le sens où elles nous ont permis, consommées à raison de portions toutes les 2 ou 3 voies, de maintenir notre niveau d’énergie lors des séances d’escalade.

Au niveau qualitatif, les ingrédients utilisés, leur équilibre, favorisent une bonne tolérance et nous n’avons pas eu de désagréments digestifs.

Logiquement, si l’on considère le « programme » de ces barres, le taux de sucre est important (> 65 g / 100 g), le riz, l’orge ou l’avoine livrant une énergie régulière.

Les Eastern Express contiennent moins de glucides que les barres sucrées (40 g / 100 g). On doit donc envisager de les associer avec des barres sucrées au cours de l’effort.

Les lipides sont issus des ingrédients eux-mêmes (noix, noix de cajou…) ou d’huile de tournesol. Point donc de lipides industriels.

La poudre de lactosérum fournit les protéines et les fruits apportent leurs qualités antioxydantes et leurs vitamines.

Conclusion

À l’issue de ce test nous retirons une impression positive de ces barres énergétiques.

Au niveau nutritionnel, MuleBar s’appuie sur des produits équitables, de qualité et exclut additifs, conservateurs, colorants. Et, au-delà de la démarche responsable de l’entreprise, il faut retenir l’originalité des recettes proposées, à partir d’ingrédients variés et originaux, qui satisferont tous les goûts, classiques ou exotiques.

Et pour finir…

Voici l’ITW que Neil Gresham, un grimpeur So British renommé, a bien voulu nous accorder :

Bonjour Neil,  peux-tu te présenter auprès des lecteurs de La Fabrique Verticale?
Bonjour. Je suis un grimpeur et coach professionnel d’escalade, installé à Lake District, au Royaume-Uni. Durant ma carrière, j’ai pu m’essayer à une variété de  styles d’escalade et réussir ainsi un certain nombre de voies : E10 en traditionnel, 8c en sport et WI7 sur la glace.

Quels sont tes objectifs pour la saison 2015?
Cette année, je souhaite enchaîner deux voies d’escalade sportive que j’ai ouvert en partie l’année dernière dans le Yorkshire. L’une est à Malham Cove et l’autre à Kilnsey. Celle de Malham devrait se réaliser rapidement car j’y suis presque arrivé il y a quelques jours ! Cependant la voie de Kilnsey est beaucoup plus difficile, je n’en ai jamais monté une aussi technique, il faut donc que je mette toutes les chances de mon côté.

Neil Gresham climber

Pour préparer tes objectifs, la nutrition est-elle un point crucial?
Oui, la nutrition est absolument essentielle, surtout en tant qu’athlète. En ce moment, je commence à chercher à perdre du poids en réduisant les calories de mes repas. Il faut que j’atteigne mon poids de forme qui me permettra d’avoir encore de l’énergie suffisante pour grimper et m’entraîner. De toute évidence il n’a de sens pour moi de manger uniquement des aliments sains et nutritifs, telles que des MuleBar. Un choix qui m’a paru évident.

Parmi les produits MuleBar, quels sont tes favoris?
J’utilise les barres énergétiques pour m’alimenter durant mes sessions d’entraînement (les Jimmy’s Choc, au chocolat et à l’orange sont mes préférées) et les barres protéinées après, afin de bien récupérer. En ce moment, je consomme beaucoup d’Eastern Express car je réduis mon alimentation sucrée. Cette barre salée est un bon compromis.

Enfin, si tu peux donner un conseil pour les lecteurs de La Fabrique Verticale, lequel serait-il ?
Surtout, rendez-vous compte des aliments que vous mangez. Si les ingrédients sur une barre énergétique se lisent comme une revue de biochimie alors n’y touchez pas. Je grimpe toujours mieux et je me sens mieux quand je mange des aliments naturels. Je ne vois vraiment pas la nécessité de se ruer et consommer des ingrédients synthétiques, de la malbouffe transformée à laquelle nous sommes constamment exposés.

Pour vous procurer les produits MuleBar : http://www.mulebarfrance.fr/shop/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.