Prévention des fractures de stress épiphysaires chez les jeunes

prevention-fractures-stress-doigts-jeunes-grimpeurs
La Fabrique verticale est partenaire du 4e colloque international de l’IRCRA (international Rock Climbing Research Association). Et a assisté ce matin, dans l’amphithéâtre de l’ENSA à une intéressante communication orale de Kathleen Bojoly. La chercheuse a en effet parlé de prévention, comme nous avons souvent l’occasion de le faire. Et en particulier de prévention chez les jeunes compétiteurs.

Il était question des fractures de stress épiphysaires. Une pathologie malheureusement de plus en plus fréquente chez les jeunes qui s’entraînent beaucoup. Et précocement, si on pense qu’ils sont encore en pleine croissance. L’étude montre que les fractures de stress épiphysaires de la 2ème phalange des doigts sont majoritaires chez les jeunes grimpeurs.

Les objectifs de l’étude qui a été menée étaient tout d’abord de déterminer l’incidence de ces lésions parmi les jeunes grimpeurs compétiteurs français. Puis de déterminer des facteurs de risque de blessure à l’entrainement. Un questionnaire a été adressé aux entraineurs d’escalade de France. 4 blessés pour 5 blessures ont été recueillis. Les blessés semblaient s’entrainer plus que les non blessés, avoir un niveau de compétition supérieur et faire plus de compétitions par an.

Les fractures de stress

Ce qui ressort de cette étude. C’est qu’en préparation physique générale, les blessés semblaient moins travailler leur souplesse que les non blessés. Et que les blessés accordaient une importance moindre à l’échauffement. De plus ils faisaient moins de travail cardio-respiratoire. Les entrainements des blessés présentaient des facteurs de risque connus de blessures d’hypersollicitation et de fractures épiphysaires.

Enfin, il y avait une méconnaissance des jeunes et des entraineurs concernant : (1) l’utilisation de méthodes à risque ; (2) les fractures de stress épiphysaires des doigts et leurs conséquences. En conséquence, afin de prévenir ces fractures, il faudrait adapter l’entrainement et les compétitions aux enfants. Et organiser une campagne d’information. Alors, on espère y contribuer un peu avec La Fabrique verticale 😉

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.