Test complet du Birdie, le nouveau dispositif d’assurage de Beal

test birdie beal

Les magasins d’escalade regorgent de dispositifs d’assurage. Sur le papier, ils sont tous plus perfectionnés les uns que les autres. Mais commercialement ils peinent à s’imposer face à un best seller qui truste le marché depuis 25 ans. Le Birdie de Beal peut-il y parvenir ? Éléments de réponses avec La Fabrique verticale, après un test longue durée.

Le lancement du Birdie de Beal, d’abord sur les salons, puis dans les magasins, n’est pas passé inaperçu. Il faut dire que sur ce segment du dispositif d’assurage à freinage assisté, il y a un mastodonte. Et nombreux sont les fabricants qui ont tenté de le détrôner. Tout d’abord Edelrid avec le Eddy. Puis plus récemment CAMP avec le Matik… Et bien d’autres !

La Fabrique verticale pense notamment à des dispositifs légèrement différents mais offrant des systèmes de back up en cas de défaillance de l’assureur : par exemple, le Revo de Wild Country, assez ingénieux, ou encore le Click Up+ de Climbing Technology ou le Smart 2.0 de Mammut que nous vous avions présentés en vidéo… Mais, finalement, force est de constater que le public a assez peu suivi.

assurage escalade

Ainsi, les pratiquants semblent rester fidèles à un produit dont l’efficacité n’est plus à démontrer, même s’il peut être à l’origine d’accidents liés à une utilisation inadéquate (ce qui a d’ailleurs poussé son fabricant à en proposer une version plus sécurit, à destination des collectivités). Le poids des habitudes y est pour beaucoup. Le prix également. Et quand il faut réapprendre à assurer avec un nouveau dispositif, si ce dernier n’est pas intuitif, le bouche à oreilles n’aide pas.

Birdie de Beal : premières impressions

Bien sûr, quand nous avons reçu le Birdie à La Fabrique verticale, nous avons été frappés par sa proximité, en terme de conception, avec son célèbre concurrent. Même fonctionnement avec une poignée qu’il faut actionner pour la redescente. Même système d’ouverture avec une flasque mobile pour le positionnement de la corde. Et, à l’intérieur, même type de came basculant pour bloquer la corde en cas de chute. De quoi se demander si ce n’est pas un clone !

birdie beal grigri escalade

Toutefois, le Birdie se distingue par plusieurs aspects. Tout d’abord, il est plus petit et plus compact. Ensuite, il est entièrement métallique, sans pièce plastique, y compris au niveau de la poignée. La came et les pièces de frottement sont même en acier inox pour une plus grande durabilité. Enfin, il est légèrement plus lourd en main (même si la différence de poids reste anecdotique). Autant d’éléments qui lui confèrent, à première vue, un caractère fiable et rassurant.

L’assurage en tête avec un Birdie

La plage d’utilisation va de 8,5 à 10,5 mm et bien sûr, selon le diamètre utilisé et l’état d’usure de votre corde, vous aurez plus ou moins de difficulté à donner rapidement du mou à votre leader en tête. Mais ceci est vrai de tous les dispositifs. Sur le Birdie, en revanche, comme la came a un rayon plus petit que sur son fameux concurrent, les frottements sont moindres.

donner le mou avec un assureur birdie de beal escalade

Conséquence : lorsqu’il s’agit de donner du mou à votre assureur, vous avez un peu plus de marge. De ce point de vue là, c’est plutôt une réussite. Avec le Birdie, la fluidité est au rendez-vous. Et il n’y a pas de blocage intempestif, sauf à être vraiment inattentif ou à tirer le mou très brutalement.

En revanche, comme le dispositif ne dispose pas de bourrelet latéral, il faut ré-automatiser un nouveau positionnement de doigts pour donner le mou rapidement, sans lâcher la corde de vie. Pas forcément très facile au départ comme le Birdie est très compact. Mais on finit par automatiser l’affaire !

donner du mou en toute securite escalade

Attention : Pour un bon fonctionnement, il est indispensable que l’utilisateur tienne en main et contrôle en permanence la corde coté freinage. Pour plus de confort et afin d’éviter brulures ou pincements il est recommandé d’assurer avec des gants en cuir. Chose qui n’apparaît pas sur cette photo afin que l’on puisse mieux voir le positionnement des doigts sur le dispositif.

Enrayer une chute

Vous l’aurez compris, pour enrayer une chute, le Birdie va fonctionner comme son homologue isérois. En cas de chute, la corde coté grimpeur se tend faisant pivoter le corps du dispositif autour du trou de connexion. Parallèlement, la main de l’utilisateur tenant la corde coté freinage permet à la came mobile de pivoter autour de son axe et de venir pincer la corde. Pour dynamiser, il faut faire un pas en avant ou vous laisser décoller si vous êtes plus léger que votre leader.

La redescente et l’usage en moulinette

Pour redescendre le grimpeur en moulinette, on va actionner la poignée et doser la vitesse. À première vue, pas de surprise, c’est le même principe qu’avec qui vous savez 😉 Sauf que la poignée est métallique. Et surtout que la corde passe devant et non sur le côté. Il faut donc la maintenir bien dans l’axe et, pour ce faire, Beal préconise de positionner son pouce sous le dispositif. A priori ça se fait bien.

descente birdie beal escalade

À vrai dire, pour positionner la corde bien dans l’axe, on peut aussi utiliser un autre mousqueton à vis placé dans le pontet. Cette solution présente en outre un autre avantage : celui d’augmenter les frottements et donc le freinage. Dans ces conditions, cela facilite le contrôle de la vitesse de descente.

assureur birdie beal descente moulinette vertaco

Par contre l’argument du fabricant consistant à dire que ce positionnement de la corde vrille moins les cordes nous a un peu interpellé. Car nous n’avions pas la sensation que le fait de faire passer la corde latéralement puisse avoir cet effet avec “Donnez-moi un G, donnez-moi un R, donnez-moi un I”. Mais c’est peut-être le cas. En fin de compte, il faudra faire un comparatif plus poussé à l’usage.

Contrôle et vitesse de redescente

Avec un Birdie, comme le contact de la corde avec la came se fait au niveau d’une petite protubérance, et non sur l’ensemble de la gorge comme chez la concurrence, nous avons eu la sensation qu’il était parfois un peu plus difficile de réguler la vitesse. À cet égard, on a pu un peu se sentir par moments sur un mode on/off. Pour cette raison, il vous faudra peut-être exercer un effort légèrement plus important avec la main qui tient la corde.

Le petit plus

Enfin, Beal a prévu une fonctionnalité intéressante pour l’usage du Birdie en collectivité. Ainsi il est possible de réaliser un verrouillage de la flasque mobile en insérant et vissant une vis (fournie par le fabricant) dans un trou prévu à cet effet. Il ne sera alors plus possible d’ouvrir l’appareil manuellement, évitant ainsi le risque d’inversion du sens circulation de la corde par l’utilisateur. Cette sécurité supplémentaire assure aussi que les 2 flasques du dispositif restent bien connectées.

L’avis de La Fabrique verticale

En conclusion, si on raisonne en joueur invétéré, le Birdie arrive sur le marché avec beaucoup d’atouts dans ses talonnettes. C’est pourquoi il pourrait bien rafler la mise. Et ce en raison de son prix de commercialisation légèrement plus bas que son concurrent historique. Surtout que son fonctionnement est grosso modo le même.

Le Birdie en bref

  • Prix : Autour de 59 euros
  • Poids : 210 g
  • Diamètre corde : 8,5 mm à 10,5 mm

Où acheter

acheter assureur escalade birdie beal

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Simon dit :

    Merci pour le test mais je trouve que ça fait beaucoup d’inconvénients :
    – gants car risque de brûlure ou de pincement à cause de la corde qui est apparente sous le système d’assurage (idem lifeguard)
    -descente apparement moins fluide qu’un grigri, surtout le 3
    – plus lourd tout de même
    – compliqué de donner du mou en urgence ?

    Faux avantages ou faux procès au grigri:

    – tout métal… qui a déjà cassé une poignée de grigri?!
    -système anti twist… je n’ai jamais vrillé de corde avec un grigri!
    -le birdie est-il vraiment plus fluide qu’un grigri pour donner du mou en urgence ? Car avec la technique du pouce comme petzl le préconise c’est quand même génial !

    Bref, je ne suis pas encore convaincu !

    Ps: dernière chose dont personne ne parle: beal fabrique toute sa quincaillerie très très loin de la France… 😉

  2. uschko dit :

    La surface de glissement de la corde étant en acier, cela promet moins de salissure de la corde que les produits avec des pièces en alu ! Moins de risque apparemment de mauvais positionnement de la main aval : on n’a pas cette impression d’un produit manquant de mise au point comme avec d’autres modèles. Le prix plus sympa aussi, mais pourrait mieux faire si Béal a de l’ambition ? 😉

  3. JM dit :

    Trop fort le gus qui n’est pas convaincu alors qu’il ne l’a jamais essayé !!!
    Pour ma part, je vais tester avec d’émettre un avis.
    Et quant au grigri, oui freiner sur la gorge latérale vrille certaines cordes. Et pas qu’un peu !

    • simon dit :

      Le gus a testé le Birdie et n’est toujours pas convaincu !

      Moi et des amis avons profité du salon de l’escalade pour tester le Birdie avec une corde fournie par Beal (neuve et plutôt fine) et il est compliqué de donner du mou sans bloquer la came.
      Nous nous sommes retrouvé à chercher à donner du mou en bloquant la came avec le pouce comme avec un grigri sauf que le Birdie n’est pas prévu pour ça ! Du coup c’est moins pratique !

      Pour être parfaitement objectif, les habitudes y sont surement un peu pour quelque chose !!!

      • Plouf dit :

        Moi c’est l’inverse …
        Après plusieurs mois d’usage …
        Je trouve que le Birdie permet de donner de la corde super facilement, il ne bloque quasiment jamais si la main coté « vie » est suffisamment haute devant l’appareil même en donnant du mou assez rapidement et même avec de grosse corde corde de salle bien usées.
        A la descente même punition je le trouve bien plus fluide que le GriGri avec lequel j’ai du mal a faire autre chose que du on/off … la aussi il faut pas hésiter a positionner la main « vie » pas trop basse.
        Mon seul souci c’est l’inclinaison de la poignée … pour effectivement démarrer la descente je trouve qu’il faut vraiment beaucoup l’incliner en arrière ce qui n’est pas ultra pratique. Le GriGri est moins incliné vers l’arrière que le Birdie en position bloquée ce qui fait qu’avec la même course de poignée elle fini moins en arrière. En contrepartie comme le n’est pas très tendu vers le haut chez moi il hoche toute la descente ce qui est moins pratique.

  4. Philippe dit :

    Abandonnez ces usines à gaz, utilisez l’ATC pilot de Black Diamond: simple, fiable, léger, facile d’utilisation, pas de mauvaises surprises… Un seul défaut (pour les chauvins seulement :-)): il n’est pas français!

  5. Guido Azzalea dit :

    Ho usato il Birdie circa 50 volte in falesia.E’ vero che pesa piu’ del Gri ma dal momento che non lo devo portare delle ore nello zaino non mi interessa. E’ vero che la corda scorre con piu’ fluidita’ quando do corda al primo ( anche con corde da 10 mm ). Ovalizza sicuramente meno la corda rispetto al Gri 3. La calata mi sembra più fluida anche se non uso i guanti.Facendomi assicurare da principianti gli stessi si sono trovati subito a loro agio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.