Assurage et escalade : quel dispositif faut-il choisir ?

assurage et escalade dispositifs plaquette assureurs descendeurs freinage assiste securite

Indispensables à la sécurité, les systèmes d’assurage aident à enrayer la chute d’un grimpeur. Et ce en moulinette ou en tête. Mais ils servent aussi à contrôler sa vitesse lors d’une redescente. Une quantité impressionnante de modèles existe. Et il peut être difficile de choisir, a fortiori si l’on débute dans la pratique. Alors, assurage et escalade : quel dispositif choisir ?

La Fabrique Verticale vous aide à vous orienter dans cette jungle des assureurs et vous propose quelques clés afin que vous vous tourniez vers l’outil le plus adapté à votre pratique.

Assurage et escalade : deux grandes catégories

Dans cet article, nous classerons les dispositifs d’assurage en deux grands groupes, en prenant comme critère le type de freinage, ou alors le « niveau d’intervention » humaine nécessaire pour enrayer une chute.

Les assureurs-descendeurs

Ils sont d’une conception très simple et exigent une intervention active de la part de l’assureur en cas de chute. Beaucoup de « vieux » grimpeurs ont ainsi commencé à assurer avec le 8, un appareil à la polyvalence souvent peu connue. Aujourd’hui, on utilise plus volontiers les « tubes », plaquettes ou « pots de yaourts » qui offrent une assistance supérieure à l’assureur.

Petzl-Verso-3 assurage escalade dispositifs plaquette assureurs descendeurs freinage assiste securite
Le classique Verso de Petzl, dont la géométrie vient d’être améliorée par les designers de la marque

Les dispositifs avec freinage assisté

Le premier d’entre eux (historiquement et commercialement) est tellement célèbre que son nom est devenu générique. Le Grigri de Petzl a maintenant plus de 25 ans. Et ce n’est pas peu dire qu’il a révolutionné l’assurage. Il est encore le chef de file des systèmes capables de stopper la chute d’un grimpeur quasiment de manière autonome. Petzl l’a aussi décliné en Grigri+, encore plus sécurit.

Attention : ces systèmes à freinage assisté sont parfois appelés improprement autobloquants. Mais il est indispensable que l’assureur ait toujours en main la corde à la sortie de l’appareil. Et cette partie de la corde est d’ailleurs dénommée « corde de Vie »

On peut néanmoins distinguer deux sous-catégories dans ce groupe :

  • Les systèmes mécaniques. Ils assurent le blocage grâce à leur géométrie qui va coincer la corde, éventuellement avec l’appui d’un mousqueton de sécurité. L’ancêtre de ce principe est feue la plaquette type New Alp. Et de nos jours nombre de dispositifs fonctionnent ainsi, comme le Reverso Petzl, le Jul Edelrid, l’Ergo Belay Salewa, le Click Up+ de Climbing technology, le Smart 2.0 de Mammut, etc…).
Mammut-Smart2.0assurage escalade dispositifs plaquette assureurs descendeurs freinage assiste securite
  • Les systèmes à came. Longtemps Petzl a été seul sur ce segment avec le Grigri. Puis Edelrid l’a rejoint avec son efficace mais lourd Eddy. Par la suite, Camp leur a emboité le pas avec le Matik. Et Wild Country avec le Revo. Beal enfin a sorti le Birdie et Edelweiss le Kinetic. Nous testons actuellement ces deux produits à La Fabrique verticale… En cas de chute, c’est l’accélération de la corde à l’intérieur de l’appareil qui actionne une pièce mobile (la came) générant le blocage. Ils disposent d’un levier permettant le déblocage.

Avantages et limites respectifs

Il n’y a pas d’appareil qui répond de façon idéale à la variété des situations rencontrées en escalade. Assurer un grimpeur en tête, en moulinette, sur mur, falaise sportive, équipée ou terrain d’aventure renvoie à des problématiques très différentes en terme de sécurité. Nous nous sommes d’ailleurs déjà interrogés sur la tendance à interdire certains dispositifs et ses conséquences.

Les assureurs-descendeurs

Ils présentent l’avantage d’un poids léger et d’un faible encombrement. On les installe en général très simplement.

Un premier groupe d’appareils ne possède qu’une seule gorge : Ils sont très petits et légers, mais leur utilisation se restreint à l’assurage simple. Parmi eux, le Karo de Simond présente aussi une gorge latérale qui permet d’accentuer le freinage de la corde lorsque le grimpeur est arrêté.

Dans un second groupe, nous avons les plaquettes à deux gorges. Avec celles-ci en revanche, vous pourrez faire de la descente en rappel et assurer deux seconds dans une grande voie. Parmi elles, mentionnons les versions réversibles (Reverso de Petzl ou ATC guide de Black Diamond pour ne citer qu’eux) qui, pour l’assurage de seconds de cordée en grande voie, peuvent être fixées au relais et devenir autobloquantes.

Les systèmes à freinage assisté

Les appareils à came ont un avantage de taille : la sécurité. Puisqu’ils assurent le freinage quasiment à eux seuls en cas de chute. Ils sont en revanche peu polyvalents. De plus, les plus récents sont optimisés pour les cordes très fines, ce qui peut rendre leur usage pénible si on utilise des cordes de plus de 9,5 mm de diamètre. Ils requièrent en outre une grande vigilance lors de la mise en place de la corde. Car toute inversion de sens est interdite !

Actuellement, trois d’entre eux, le Grigri+ de Petzl, le Matik de Camp (voir le test) et le Eddy d’Edelrid offrent une fonctionnalité qui peut être utile lors de la descente. En effet la poignée est anti-panique. C’est à dire qu’elle provoque le blocage de la corde si l’assureur ne dose pas bien son action dessus.

Petzl-GriGri-Plus_assurage escalade dispositifs

Enfin, ils sont plus volumineux et lourds que des plaquettes classiques, et souvent plus chers !

Dans cette catégorie des systèmes à freinage assisté, les systèmes tels que le Alpine Up de Climbing technology ou le Smart Alpine de Mammut, légers et peu encombrants, constituent une bonne alternative. Ils sont déclinés avec une ou deux gorges, ce qui accroît leur champ d’utilisation.

ClimbingTechnology-AlpineUp_assurage escalade dispositifs plaquette assureurs descendeurs freinage assiste securite

Quel système d’ assurage choisir ?

En définitive, vous devrez choisir l’appareil en fonction de votre ou vos pratiques :

Pour assurer en moulinette, en SAE ou sur site école, vous pourrez opter pour un système à freinage assisté. Assurément un bon choix !

S’il s’agit d’assurer un grimpeur en tête, rappelez-vous qu’une des exigences primordiale en cas de chute est de dynamiser celle-ci. En effet il est capital de limiter la force de choc sur le grimpeur et sur le matériel en place. Vous devez donc examiner ces deux points pour choisir votre système :

  • Si vous assurez un grimpeur plus lourd que vous, le fait de choisir un système à freinage assisté vous procurera plus de sûreté en cas de chute du leader. Et en général, il n’y aura pas de problème pour dynamiser la chute puisque vous serez entraîné naturellement vers le haut.
  • Si en revanche vous assurez quelqu’un de plus léger, alors orientez-vous vers une plaquette classique. Car elle amortira la chute de manière plus fluide.

Lors de l’assurage avec une plaquette, utilisez des gants d’assurage. Ils vous apporteront toujours un surplus de sécurité

Lorsque vous allez grimper en voies de plusieurs longueurs, vous utiliserez une corde à double. Il vous faut donc préférer un système à deux gorges. C’est ce qui est le plus polyvalent et qui permette de dynamiser la chute aisément. A fortiori si vous grimpez en terrain d’aventure, il est très important de limiter les impacts sur les protections en place lors d’une chute. Dans ce cas, optez par un système type Reverso, très approprié.

Petzl-Reverso-assurage escalade dispositif

Enfin, vous pouvez prendre en compte d’autres critères dans votre réflexion. Outre le prix, pensez à la simplicité d’utilisation (gage de sécurité). Et à la polyvalence des systèmes si vous avez une pratique variée.

Assurage : en conclusion

Par définition, tous les appareils disponibles sur le marché présentent des garanties de sécurité. Mais au cours de la pratique, c’est l’assureur qui a la vie de la personne qu’il assure entre ses mains ! Les accidents sont la plupart du temps liés à des erreurs de manipulation ou d’utilisation.

Il faut par conséquent s’en tenir aux recommandations des fabricants. Lire les notices, apprendre et automatiser le fonctionnement du ou des appareils qu’on utilise. Vous pourrez ainsi en cerner les limites et éviter de changer trop souvent.

Où acheter son système d’assurage

Bannière Au Vieux Campeur acheter appareil assurage

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Loïc dit :

    Personnellement, je conseille aux débutants d’apprendre à assurer avec des systèmes « dynamique ».

    On voit malheureusement de plus en plus de gens lâcher la corde lorsqu’ils assurent un leader avec un système auto-freinant (peu de constructeurs revendiquent leurs appareils « auto-bloquant ») sous prétexte que celui ci « bloque tout seul »…..

    L’importance du « garant » est de plus en plus oubliée, alors que c’est vital….

    L’escalade, malgré tout les efforts fait par les fabricants et les fédérations, reste un sport dangereux, et la grande majorité des accidents proviennent d’erreurs de manipulations, très rarement suite à un défaut de matériel….

  2. guillaume dit :

    Il faut profiter de cet article pour dire que le huit n’est plus considéré comme un système d’assurage mais uniquement comme descendeur !
    Son usage est donc prohibé pour l’assurage d’un leader (escalade en tête) et même déconseillé pour la moulinette (et à plus forte raison pour les débutants).
    D’ailleurs de plus en plus de SAE privées interdisent son usage dans leurs structures.

    • Olivier dit :

      Merci Guillaume pour cette précision. En passant, pourriez-vous communiquer les références du texte officiel mentionnant cette interdiction, pour ceux que cela intéresserait ?

      • Claire dit :

        Si quelqu’un a cet article, je suis preneuse car je le cherche actuellement sans pouvoir y mettre la main dessus.

        • simbad dit :

          bonjour, le huit répond a la norme EN15151-2 encore aujourd’hui !! Une SAE (régime d’activité privé) peux l’interdire dans son règlement intérieur tout comme elle interdira la clope, les chiens et le demi-cab pour la survie de ses cordes. Par contre ce dispositif reste normé pour une utilisation de descente et assurage. Et encore heureux car l’escalade et l’alpinisme se résume pas à la SAE le 8 n’est pas rare en neige et glace. Plier une corde glacé pour la faire entrer dans une plaquette c’est bien plus pénible que la passer dans un 8 rapide!!

  3. Romain dit :

    Je reviens sur cet article très intéressant, avec un peu de retard. Pour moi, le meilleur outil du moment est sans conteste le Smart: son apprentissage est transversal par rapport aux « pots de yaourt » et autres tubes, qui demeurent les outils de base véhiculant des valeurs clés comme celle de ne jamais lâcher la corde d’assurage. Le Smart fonctionne de manière analogue: pas d’erreur possible, pas de technique d’utilisation « avancée » comme pour le sacro saint Grigri (que perso je n’utilise plus jamais, et mes clients non plus d’ailleurs), avec en cadeau Bonux un système auto-freinant. Vraiment pas loin de la perfection

    En outre le Smart est également très adapté aux bons grimpeurs qui travaillent les voies, et, contrairement à l’un de ses concurrents directs le Click-Up, il permet de re-donner du mou très rapidement même si l’assureur s’est « laissé surprendre » par une demande de corde rapide de la part du grimpeur.

    Pour ne rien gâcher, il est léger et très concurrentiel au niveau tarif (moitié prix du Click Up) !

    Au niveau des bémols, mouliner son partenaire demande un peu de pratique pour ne pas donner d’à-coups, mais le coup de main vient très vite. Perso, je ne vois que ça.

    La version « alpine » quant à elle ne mérite pas vraiment le détour: un peu volumineuse au baudrier en grande voie, ou un outil de type ATC-Guide ou Reverso 4 demeure indétrônable.

    Bref, et sans avoir d’actions chez Mammut hein, le Smart est selon moi une super option !

    Pour le 8, je suis dubitatif: j’attends également un texte émanant soit des constructeurs, soit du ministère (pas uniquement une recommandation fédérale).

    A bientôt !

  4. Philippe Beytrison dit :

    Quatre ans plus tard, on peut y ajouter l’ATC pilot de Black Diamond, un must!

  1. 9 décembre 2017

    […] soir, à gagner dans le calendrier de l’ Avent : un pack d’assurage Beal, plaquette plus mousqueton à vis, Air Force 1 + Be one […]

  2. 5 avril 2018

    […] le savez, 2 grandes catégories coexistent : les systèmes dynamiques et les systèmes auto-freinant. Chacun a ses avantages, ses […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.