Udo Neumann, un entraîneur fantasque

Udo neumann entraîneur coach de l'équipe de bloc d'Allemagne
Udo Neumann est un personnage atypique : auteur, vidéaste extrêmement créatif et coach à plein temps de l’Équipe de bloc d’Allemagne. Derrière son côté bohème se cache un observateur attentif et un fin technicien. Depuis plusieurs années, il entraîne Jan Hojer et Julianne Wurm, qui ont remporté ce week-end le titre de Champion d’Europe de bloc, à Innsbruck.

Quel est ton niveau d’intervention auprès des bloqueurs allemands Jan Hojer ou Julianne Wurm ?

Je dirais que la part la plus importante est un travail de préparation technique et de prise en compte des aspects psychologiques. Ils sont déjà très forts physiquement et savent déjà parfaitement comment arriver en forme. Je les observe et je prête attention à ce qui peut les limiter dans leur escalade. Généralement ce sont d’infimes détails. Mais si je vois quelque chose qui n’est pas efficient à 100%, j’interviens. En fait, la forme, c’est un concept un peu flou. On n’est pas en forme pour toutes les activités, on est seulement prêt à réaliser certaines tâches, c’est très spécifique. Et le plus spécifique vous êtes dans la préparation, le plus efficace vous êtes à l’arrivée.

juliane-wurm

Quelle place donnes-tu à la souplesse dans l’entraînement ?

En bloc, on a besoin de beaucoup de souplesse, mais pas n’importe laquelle souplesse. Par ailleurs, il faut aussi avoir l’esprit souple, flexible, ouvert. Par exemple, Jan, qu’on connaît pour sa force incroyable (capable de tenir la planche avec seulement les petits doigts ou encore d’enchaîner les tractions d’un bras) avait, à mon sens, un problème de souplesse. C’était un point faible. Il n’a pas vraiment apprécié que je lui dise ça la première fois que je lui en ai parlé. Mais il a accepté de travailler cet aspect. Il a fait beaucoup de yoga et des séances à base de mouvements très lents, une heure par jour, tous les matins. Il n’était pas très fan mais ça l’a beaucoup aidé, je crois. Il a eu l’ouverture d’esprit de le faire.

jan-hojer

Les séances que tu encadres, telles qu’on peut les voir dans les vidéos que tu produis tout au moins, ressemblent à un “jeu”. Tu peux nous en dire plus là-dessus ?

Oui, c’est une manière pour moi de briser la glace avec mes athlètes. De leur faire comprendre et ressentir que l’on peut expérimenter toutes sortes de choses et faire des erreurs. C’est pour cela qu’on introduit beaucoup de parkour dans la préparation, en gardant à l’esprit cette attitude de jeu. Ce qui me semble important à intégrer, c’est la notion de relâchement. Être relax dans le mouvement, ne pas se crisper, c’est la clef, surtout dans un sport de coordination comme le bloc. Vous devez sans cesse acquérir de nouvelles habilités et la créativité vient dans ces moments où on est relax, où on ne réfléchit pas mais où on ressent les choses. Il faut savoir perdre le contrôle. Trouver le point limite. Adam Ondra, par exemple, a la capacité de se sentir à l’aise dans des situations où il ne contrôle pas tout. C’est pour cela qu’il est très fort, à mon sens.

parkour entraînement équipe de bloc d'Allemagne Udo Neumann

Est-ce que tu utilises le travail de proprioception ou le cross training dans l’entraînement ?

Oui, tout à fait. Là encore, c’est basé sur le travail des points faibles. Par exemple, Jan avait un problème de laxité de la cheville et en particulier quand il était sur de petits pieds. Evidemment ce n’est pas un point déterminant de la performance en escalade mais faire un travail sur la stabilité de la cheville a pu l’aider. Un autre exemple auquel je pense est une fille de l’Équipe d’Allemagne qui n’aimait pas jeter (c’est souvent le cas avec les filles qui, spontanément, n’aiment pas trop les mouvements dynamiques). En l’observant, je me suis aperçu que son pied était encore parallèle au sol à la fin des jetés et pas complètement étendu. Ça voulait dire qu’elle ne poussait pas complètement sur le pied, pas jusqu’à l’extension complète. Je lui ai fait faire des bondissements et des burpees, des trucs comme ça. D’une manière générale, je cherche à donner des feedbacks très spécifiques à mes athlètes, en fonction de ce que je vois, afin de trouver des exercices propres à chacun et les faire progresser dans leur point faible. Et ce qui marche avec l’un, ne fonctionnera pas forcément avec l’autre !

udo-jetés

Écoutez l’interview complète d’Udo Neumann en anglais ici (1h)

Photos (c) Udini

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jerome dit :

    Il y avait cette vidéo très parlante sur ses méthodes d’entraînement https://www.youtube.com/watch?v=0bHF5Yfu_jQ

  1. 21 mai 2015

    […] Read more about Udo Neumann’s job as the coach of the German Bouldering Team: udo neumann un entraineur fantasque […]

  2. 26 mai 2015

    […] mais aussi par sa conception novatrice et moderne de la grimpe et de l’entrainement (voir cet article sur lafabriqueverticale.com qui reprend en partie cet interview sur […]

  3. 6 septembre 2017

    […] complex on rock, outdoors or wherever your climbing goals are. There are commonalities though, that Udo Neumann, coach of the German Bouldering Team, is trying to outline in this text. As we will see, […]

  4. 26 mars 2018

    […] et partager les connaissances avec les meilleurs coaches mondiaux. Sont déjà annoncés : Udo Neumann pour le bloc, Sylvain Chapelle pour la vitesse et Urs Stöcker pour la […]

  5. 23 mai 2018

    […] international coaches and spread this experience to as many people as possible. Udo Neuman, the iconic german coach, will be […]

  6. 16 juillet 2018

    […] engagés sur le projet olympique, y ont exposé leurs conceptions de l’entraînement. Notamment Udo Neumann, Urs Stöcker ou encore Sylvain Chapelle. Temps fort : Hiroshi Yasui, sélectionneur des Équipes […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.