On a testé pour vous les Genius !

Test des nouveaux chaussons Genius La Sportiva
Dernier stade d’évolution de la gamme No-Edge, les tant attendus Genius ont fait leur entrée sur le marché ! Avec ce nouveau modèle, La Sportiva pousse à fond la logique des chaussons sans carres et la décline désormais en version lacets. La Fabrique Verticale a pu les tester en avant-première et vous livre ses premières impressions.

À La Fabrique verticale, nous sommes très fans des ballerines Speedster, d’une part pour leur côté très englobant, d’autre part pour la puissance de leur talon, et enfin pour l’ingéniosité du concept No-Edge, qui procure à la fois beaucoup de sensations et l’agrément d’un chausson immédiatement utilisable dès sa sortie du carton. Autant dire que nous attendions avec impatience la version lacets de cette technologie !

Et après avoir bavé d’envie durant les salons, guetté leur distribution au compte-gouttes auprès des grimpeurs du Team, nous avons enfin reçus les Genius ! Sitôt enfilés, ils ne nous ont plus quitté, que ce soit en falaise, en bloc et sur le pan. Nous les avons utilisé principalement dans des profils déversants, où ils se sont avérés des armes redoutables, mais aussi ponctuellement en dalle ou dans des sections verticales de voie, où ils se sont également bien comportés.

Test des Genius La Sportiva à La Fabrique verticale

Le confort

Quand on enfile les Genius, on a une immédiate sensation de confort, même s’ils sont pris petits. Le pied se positionne idéalement grâce à la construction tubulaire du chaussant et à la languette matelassée en microfibre qui renforce cette perception. Aucun point de compression désagréable n’apparaît : le pied est parfaitement englobé, avec un effet “gant” similaire à celui qu’on rencontre sur les Speedster. Comme un moulage !

Le laçage

Le laçage asymétrique, décalé latéralement, est plutôt malin. Il permet confort et précision dans le serrage, sans pour autant entraver les crochets de pointe. Une zone de gomme, semblable à celle qu’on trouvait sur les Speedster et les Futura, a pu être ménagée sur le dessus, et ce en dépit des lacets. Cela améliore grandement les sensations et la friction, quand il s’agit de placer une pointe derrière une colonne ou une arête.

Le laçage asymétrique a tendance au début à perturber visuellement le guidage du pied mais rapidement, on s’y habitue !

La pointe et le no-edge concept

Comme leurs grandes sœurs Speedster et Futura, les Genius n’ont pas de carres. La pointe est donc toute arrondie au bout. Et ça, c’est top ! En fait, c’est exactement comme une paire de chaussons parfaitement faits, parvenue au stade où la gomme est uniformément usée, juste comme il faut, au moment où elle procure le plus de sensations. C’est appréciable dans le à-vue, quand il faut être rapide et super intuitif !

À ceux qui s’interrogent sur l’absence de carres, je poserais juste à une question : “À quel moment de leur vie, vos chaussons classiques, avec carres, sont-ils le plus efficaces ? Quand ils sont neufs, avec une belle semelle à angle droit, qu’il faut guider et poser pile poil sur la prise ? Ou quand la semelle est déjà un peu arrondie et permet de bien épouser les reliefs en se laissant aller sur ses appuis ?”.

Le No-Edge concept peut éventuellement nécessiter un petit temps d’adaptation. Mais une fois ce pas franchi, vous aurez du mal à revenir en arrière !

Genius vs Testarossa La Sportiva

La souplesse

Les amateurs de chaussons très souples vont être servis ! Pour ma part, comme je ne suis pas un gros gabarit, j’ai pris l’habitude de grimper avec des modèles super smooth, à la gomme très tendre, type Python et je dois reconnaître que sauf cas particulier de voies en dalles avec de tout petits pieds à grattonner nécessitant un peu de rigidité, je mets rarement autre chose.

Les Genius m’ont donc tout particulièrement séduite. Leur souplesse, alliée au No-Edge concept, en fait un outil idéal pour les dévers, d’autant que leur forme bananée incite bien au griffé. Mais j’ai été bluffée aussi par leur comportement en dalle et leur relatif bon maintien dans tout type de situation. Ceci est probablement lié au P3 System (Permanente Power Platform) qui assure une certaine tenue, même si le chausson n’est pas complètement serré.

Les Genius offrent un excellent compromis souplesse / précision, même sur les petits grattons.

Le talon

Je n’avais pas retrouvé sur les Futura les exceptionnelles sensations de talonnage que m’avait procurées les Speedster. Aussi, sur ce point, j’attendais vraiment les Genius au tournant ! Résultats des courses : rien à redire ! Le système de laçage permet une parfaite adaptation du chausson sur le pied. Grâce au système de laçage, qui s’avère beaucoup plus efficient que la fermeture velcro, le talon est vraiment plus puissant que sur les Futura (mais peut-être un chouia moins que sur les Speedster).

La durabilité

Je n’ai pas utilisé les Genius suffisamment longtemps pour en juger mais ce que j’ai pu observer sur les autres modèles de la gamme No-Edge, Speedster et Futura, c’est une usure paradoxalement beaucoup plus lente que sur un modèle classique, à carres. Et au fond, c’est assez logique, car le concept No-Edge permet une répartition et une pression plus homogène sur les appuis. Autre avantage sur ces modèles, un ressemelage plus aisé, pour un résultat quasi identique au neuf, en un peu plus mou.

Le prix

Le prix (125€) peut sembler élevé mais il est justifié (voire bas !) si l’on considère que le modèle est fait main, dans une unité de production encore basée en Italie. En outre, il faut bien garder à l’esprit que pour arriver à un produit d’une telle qualité, plus d’un an de Recherche & Développement a été nécessaire, avec près d’une centaine de prototypes produits à Ziano di Fiemme et successivement testés sur le terrain.

L’avis de La Fabrique Verticale

Les Genius font partie des chaussons les plus avancés du marché. Du très haut de gamme, foutument efficace en bloc et dans les dévers. Bien évidemment, ce type de modèle semble plus volontiers destiné à l’expert, qui a déjà l’habitude de se laisser aller sur les pieds, qu’au débutant qui tâtonne. Sa grande souplesse peut néanmoins être un atout pour les grimpeurs de niveau modéré afin de gagner petit à petit en sensations et d’évoluer vers une escalade plus intuitive, plus fluide, plus naturelle.

La pointe est légèrement moins volumineuse que celle des Speedster. Elle rend donc les trous plus faciles à utiliser.

En bref

Tige:
Cuir Suede combiné avec microfibre. Construction tubulaire.

Doublure:
Aucune.

Chaussant:
Medium.

Intersemelle:
Laspoflex 1,1mm additionnée du système P3.

Semelle:
Vibram® XSGrip2 3 mm.

Brevets:
« P3 System » (Permanente Power Platform)

Pointures:
32 – 46 (avec demi-pointures)

Poids:
440 g (la paire en 39)

En savoir plus

Voir ici une série de vidéos consacrées au choix des chaussons

Où acheter vos Genius ?

Vite, par ici, la boutique qui va bien !

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. LE CALOU dit :

    Bonjour!

    Et pour le choix de la pointure? Se détendent ils?… j’ai l’habitude de prendre du 37 pour les testa rossa.

    Merci pour l’article! ça donne envie…

  2. Fabien dit :

    Bonjour Laurence et merci pour ce test ! Pour ma part j’ai des Futura et des Testarossa et je trouve que la techno no edge limite l’efficacité au niveau de la pointe dans certains cas Par exemple, j’étais dernièrement à Margalef et dans les trous j’avais du mal à charger avec les Futura alors que je me sentais plus sûr de moi avec les Testa.

    • Laurence dit :

      En effet, en pointe dans les trous, ils sont peut-être un poil moins efficace mais c’est plus lié à la forme de la pointe qui est un peu plus ronde et un peu plus volumineuse qu’à la technologie no edge proprement dite, il me semble. Cela dit, rien n’empêche d’avoir deux paires de chaussons pour s’adapter à différentes situations, si ce n’est l’investissement 😉

  3. Corentin dit :

    Si la pointe et l’inter-semelle des chausson no-edge sont les même qu’elle est leur différence à part le talon ? Et du coup si le talon du speedster est le meilleure de cet gamme pourquoi acheter des modèles vraiment plus cher au lieux de prendre les moins cher qui sont aussi les meilleurs ?

    • Laurence dit :

      L’intérêt des Genius par rapport aux Speedster, c’est bien sûr la notion de laçage, qui permet de jouer sur le serrage et d’ajuster le chausson parfaitement au pied. Même si la conception de la pointe est similaire sur les deux modèles, le volume du Genius est un petit peu plus réduit.

  4. PiM dit :

    Bonjour,
    Je ne vais pas être très positif, je ne connais pas ce modèle mais il y a en ce moment beaucoup de problème de qualité sur les chaussons La Sportiva (usure prématurée de la semelle, voir les nombreux blog sur ce sujet). J’ai donc un peu des doutes sur la durabilité …
    Je trouve cet article un peu trop « commercial ».

    • Olivier dit :

      Bonjour.
      Pour notre part nous connaissons ce modèle 😉
      Et nous avons aussi l’expérience des modèles précédents noedge, dont nous avons pu apprécier au long cours la durabilité des semelles. C’est même un des aspects qui nous a le plus surpris sur la première paire utilisée : a priori, on s’était dit, vu la finesse de la semelle qu’elle ne durerait pas longtemps. Concernant les genius, je vous propose de vous envoyer des photos du modèle que j’utilise depuis le printemps en cours d’automne, assorti du nombre de jours de pratique effectués avec (et il y en a déjà pas mal ☺️). Vous pourrez ainsi juger par vous même.
      Pour ce qui est des problèmes de colle, tous les fabriquants ont eu ces dernières années à gérer des difficultés liées à des qualités irrégulières, l’exemple le plus marquant étant sans doute celui de Five ten il y a une dizaine d’année. LaSpo a aussi eu ce genre de déboires il y a 2-3 ans, mais à présent il est résolu. Comme il y a un délai entre la sortie des lignes de prod. et la mise en marché, cela explique que des posts puissent paraître encore sur ce thème. Après, le décollage des semelles ou autres parties en gomme n’est pas toujours que lié à la qualité des colles 😉

  5. Kk dit :

    Quid de l’usure de la semelle des Genius 6 mois plus tard? On aimerait bien voir une photo. Merci.

    • Olivier dit :

      Bonjour Kk
      Nous l’avions évoqué lors du test : vous aurez des photos avec un complément au test initial la semaine prochaine 🙂

  6. Martin dit :

    le 8 octobre 2015 olivier propose des photos. Aujourd’hui,15 juillet 2017 : on attend toujours…
    PiM disait site commercial??

    • Olivier dit :

      Bonjour
      l’avenant au test a paru une semaine après cette annonce (le 15 octobre) : https://lafabriqueverticale.com/fr/genius-test-longue-duree/
      Vous l’avez probablement loupé 😉
      Pour prolonger un peu, puisque cela fait déjà un moment, j’ai continué à utiliser ces chaussons de manière principale et régulière jusqu’en avril 2016. Les zones où la gomme se décollait latéralement (voir article) étaient régulièrement recollées à la glue pour éviter que cela ne s’accentue, sans aucune répercussion sur la performance.
      Le moment qui a marqué l’heure du ressemelage a été l’apparition d’un petit trou sur la gomme au niveau du gros orteil.
      Bonne grimpe à vous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.