Aborder le Pan Güllich en douceur

training-climbing-campus-board
Le Pan Güllich est un excellent outil pour progresser. Beaucoup de grimpeurs de haut niveau l’utilisent d’ailleurs régulièrement dans leur préparation, dans les périodes consacrées au gain de force. Paradoxalement, à l’autre bout de la chaîne, nombreux sont les grimpeurs encore réticents à l’utiliser. La Fabrique Verticale vous aide à aborder cet outil en douceur.

Allons, ne vous êtes-vous jamais dit : “Le Pan Güllich, c’est pas pour moi ! C’est trop dur ! C’est pour les mutants ! Même pas j’essaie…”. Que ce soit par peur de la blessure ou parfois, plus prosaïquement, par peur du ridicule, les grimpeurs peu expérimentés (et bien souvent les filles en particulier) se privent d’un outil pourtant bien pertinent pour l’entraînement en escalade.

Le Pan Güllich, pour qui ? Pourquoi ?

Évidemment, il va de soi que si vous débutez tout juste l’escalade, ce n’est pas la pratique du Pan Güllich qui va vous permettre d’apprendre les bases techniques et dans ce cas de figure, il n’y a qu’une seule règle à appliquer : grimper, grimper, grimper, et ce, dans des styles les plus variés possibles.

En revanche, si vous êtes déjà un peu plus “dégrossi”, que vous évoluez déjà dans le 6 et visez le 7, il n’y a pas de raison particulière de complexer et de vous priver d’un outil aussi efficace que le Pan Güllich, notamment pour améliorer vos qualités de force et d’explosivité, toujours utile en escalade. Alors, lancez-vous !

Il faudra bien sûr être prudent et progressif dans un premier temps. Éviter par exemple de vous ruer comme des morts de faim sur les plus petites réglettes, sous prétexte que La Fabrique Verticale vous a donné le feu vert. On est bien d’accord ? Ou vouloir à tout prix réaliser les mêmes exercices que les très forts grimpeurs. Mais heureusement, quelques éducatifs sont possibles !

Le Pan Güllich : comment ?

La première règle à observer est bien évidemment d’effectuer un échauffement minutieux, général et spécifique, en insistant tout particulièrement sur les doigts et les muscles du haut du corps. Au risque de passer pour de vieux radoteurs, nous vous renvoyons vers différents articles et vidéos que nous avons consacrés à la question. Une fois bien échauffés et là seulement, vous pourrez vous lancer et tester l’outil !

La deuxième règle est de ne pas attendre la fin de votre séance à la salle pour aller jouer sur le Pan Güllich. Et ce quelque soit le contenu de votre séance à la salle (bloc ou voies), et d’autant plus s’il s’agit de voies car cela constituerait une préfatigue très dommageable à votre séance de Pan Güllich.

Le Pan Güllich est un outil est très exigeant, qui requiert de la force : autant l’aborder dans un parfait état de fraîcheur, idéalement le lendemain d’une journée de repos, pour avoir le plus de jus possible.

La troisième règle quand on commence le Pan Güllich est de respecter la logique de la progressivité. Choisissez donc les plus grosses lattes possibles et commencez d’abord par une suspension à deux mains pour prendre la mesure de la difficulté. Vous pourrez ensuite tester les situations suivantes :

Le Pan Güllich, avec un pied posé

Si le Pan Güllich sur lequel vous vous entraînez possède une zone de pieds en bas, commencez par faire un mouvement tout simple de latte à latte, sans chercher à monter très haut, avec un pied posé sur une prise en bas, ou au sol, sur les talons, pour vous alléger. Le but n’est pas encore de forcer mais de vous habituer à l’effort, qui répétons-le, est violent.

Partez à deux mains sur une grosse latte en bas, un pied posé. Montez main gauche sur la suivante et ramenez main droite à côté. Reposez vous 3 minutes et partez cette fois-ci main droite pour ramener main gauche à côté. Soyez tout particulièrement attentif à contrôler la manière dont vous saisissez les lattes et évitez d’arriver trop vite sur celles-ci.

training-climbing-campus-board

Le Pan Güllich, allégé

Une fois cette situation bien maîtrisée, vous pourrez passer un petit cran dans la difficulté. Effectuez alors la même séquence gestuelle en remplaçant la prise de pied du bas par un élastique, dans lequel vous prendrez appui et qui vous allégera partiellement. Il vous faudra sans doute tâtonner un peu pour fixer l’élastique à la bonne hauteur et en déterminer la tension optimale.

training-climbing-campus-board

Autre possibilité pour vous alléger, la moulinette assuré très sec, voire le treuil ;-), s’il y a un point d’assurage en haut du Pan Güllich. Cette option vous permettra d’envisager des séquences de déplacements plus longues, d’abord en ramenant systématiquement à côté de la main qui monte, puis en montant de latte à latte, comme classiquement pratiqué.

En en faisant à petite dose mais très régulièrement, vous allez progressivement augmenter vos capacités physiques, ainsi que votre coordination. Vous pourrez alors facilement réinjecter ces acquis dans votre escalade et aurez plus de facilités dans les dévers.

Merci à Entre Prises qui a mis à disposition les lattes Campus Jugs, Edge et Crimps pour la réalisation de cet article

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Tack dit :

    Bonjour,
    J’ai commencé l’escalade il y a bientôt 8 mois, je passe difficilement le 6a je manque pas mal de force au niveau de bras (les avants bras ca va). Lorsque j’ai demandé autour de moi quels types d’exercice je pouvais faire on m’a conseillé pas mal de chose mais surtout pas le Pan car mes doigt serai encore trop faible et il ne faut pas que j’y touche avant encore au moins un an. Est-ce que cela est vrai ou c’est juste que je dois chercher des exercices plus adaptés ?

    • Olivier dit :

      Salut et bienvenu chez les grimpeurs ! 🙂
      Difficile de vous faire une réponse personnalisée, dans la mesure où nous ne vous avons pas observé grimper. Mais en général, pour des grimpeurs évoluant dans votre niveau, l’entraînement physique n’est jamais la voie prioritaire à emprunter pour progresser : il y a encore – presque – tout à apprendre sur le plan gestuel (c’est un peu comme si quelqu’un venant d’avoir la première étoile en ski envisageait de faire des squats à fond pour progresser, avant que d’apprendre à tourner).
      J’aurais donc tendance à vous proposer plutôt de grimper en variant les plaisirs, en essayant des voies différentes, en explorant des profils variés (dièdres, arêtes) et aussi et surtout en observant des bons grimpeurs autour de vous : en regardant comment ils posent leurs pieds et poussent ensuite sur leurs jambes, comment ils gèrent le rythme dans les voies, et en commençant par les imiter : vous verrez que de cette manière vous allez progresser autant techniquement que physiquement, car votre système musculaire va aussi s’adapter, mine de rien, à cette activité nouvelle.
      Bonne grimpe à vous 🙂

  1. 20 septembre 2017

    […] le pan Güllich sont à éviter. Ce dernier outil ne devrait pas être utilisé trop tôt, ou alors en douceur. Car il expose le cartilage de conjugaison de la phalange intermédiaire à des tensions énormes : […]

  2. 17 octobre 2017

    […] le concept en effectuant un blocage de 3s (à la poutre, dans un mouvement en bloc, sur le Pan Güllich…). Puis terminer le mouvement en jetant le plus haut possible. On peut également réaliser des […]

  3. 8 octobre 2018

    […] l’étape bricolage. Du pan Güllich sous l’escalier au mur d’escalade dans le grenier ou dans la cave, il existe toujours une solution pour construire son mur d’escalade à la maison ! Alors, lisez […]

  4. 9 février 2019

    […] Aborder le pan Gullich en douceur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.