Débutants : comment mieux tenir les plats ?

Faites-vous partie de ces grimpeurs ou de ces grimpeuses qui ont des difficultés à tenir les prises plates, les pentes, les boules, les préhensions main ouverte ? Allez-vous laisser ce point faible vous pourrir la vie ? Certes, au premier abord, ce style d’escalade n’est pas aussi évident que celui sur prises franches, mais c’est assez fun quand on a pigé le truc ! Alors, venez un peu par ici : entrez dans le royaume de la compression…

Vous voulez progresser sur les plats ? Rien de plus simple ! Règle n°1 : grimpez sur les plats, et cela le plus souvent possible. Règle n°2 : revenez toujours à l’essentiel, la règle n°1 ! Ok, tout ceci peut sembler un peu binaire mais en gardant l’esprit bien ouvert et en suivant les quelques conseils ci-dessous, vous devriez déjà bien progresser sur les plats et améliorer considérablement votre grip.

1. Placez-vous convenablement

Lorsque le plat est horizontal, placez-vous juste dessous, en essayant de garder votre centre de gravité bien à la verticale de la prise. Ne vous écartez pas trop du support, restez bas sur vos appuis. Imaginez que votre bassin est un poids suspendu à un fil à plomb. Cette image vous aidera à trouver la position optimale du corps par rapport à la prise.

En fait, tout est affaire d’opposition dans la tenue des plats. Vous devez mettre le plus de poids possible dessous. Pour améliorer vos sensations et dompter ces satanées prises, imprimez toujours une force perpendiculaire à la préhension. La direction de la force avec laquelle vous agissez sur le plat est en effet primordiale pour rester au contact.

volx-corps-sous-plat

2. Augmentez la surface de contact

Ne cherchez pas à serrer les doigts sur la prise comme vous le feriez avec une réglette. Appuyez sur la pente avec l’ensemble de votre main, pressez-la comme si vous vouliez fléchir votre poignet vers l’avant. Agissez avec vos doigts ouverts et toute la surface de la paume de la main en écrasant la prise. Au besoin, et si le plat se trouve derrière une arête, une partie de l’avant-bras peut aussi appuyer dessus. Sur ce type de préhension, en effet, plus vous aurez de peau en contact avec la prise, meilleure sera la friction. A ce propos, vérifiez que vos mains ne sont pas grasses ou transpirantes…

Si vous le pouvez (en bloc, c’est plus facile), nettoyez consciencieusement le plat que vous convoitez, avant de l’utiliser. Un bon brossage ne nuit jamais…

volx-main-plat

3. Pensez au pouce

Cherchez toujours des combines pour faire participer votre pouce le plus possible à la tenue de la prise. Ce n’est pas toujours possible, notamment dehors, mais ça peut bien aider. S’il n’y a pas de pouce évident, essayez de le placer sur le côté de la prise ou en dessous afin d’améliorer la préhension. Quand on n’aime pas les plats, une pince plate sera toujours plus facile à tenir qu’un plat tout court !

On vous dira sans doute que mettre le pouce c’est “biscuit”, c’est-à-dire que vous ne faites pas le mouvement dans les règles de l’art, que vous trichez un peu en contournant la difficulté… Certes, mais mieux vaut parfois “biscuiter” que de ne pas faire le mouvement !

volx-pouce-plat

4. Utilisez vos pieds

Faites toujours en sorte de reporter le plus de poids possible sur les pieds. C’est vrai dans toutes les situations mais plus encore sur les plats. Évitez d’avoir deux pieds à la même hauteur, notamment s’ils sont hauts. Cette position écarte votre bassin du support et vous met, comme on dit dans le jargon, “le cul en bombe”, position peu propice à la tenue des plats. Un seul pied très haut est souvent plus efficace.

Et puisqu’on parle de pied haut, le meilleur pied à utiliser avec un plat est souvent… une prise de main ! Un bon crochet de talon à la même hauteur peut en effet être la clef. N’oubliez pas non plus les talons ou les pointes derrière les arêtes, encore une manière de transformer un plat pourri en une prise tout à fait correcte ! En tirant avec la jambe et en comprimant avec la main, le bras et les pectoraux dans le même mouvement, vous créez une opposition de force qui va vous permettre de mieux tenir la prise.

volx-talon-plat

5. Soyez tonique et dynamique

Dans des sections dites “en compression”, avec des plats situés de part et d’autre d’une arête par exemple, ou des volumes disposés de loin en loin, une solution peut consister à avancer assez rapidement, en claquant successivement les plats rencontrés, sans chercher à vous arrêter. Un style d’escalade que vous pourrez adopter de plus en plus souvent, à mesure que vous progresserez !

volx-compression-no-foot

Allez plus loin dans la compression

Quelques exercices physiques peuvent aussi vous aider à vous améliorer sur les plats :

Les suspensions à la poutre, à deux mains, sur des pentes de diverses inclinaisons, pour renforcer vos muscles palmaires : mention spéciale aux pentes des poutres en bois Beastmaker 2000, un must en la matière !

Les tractions à deux mains, toujours à la poutre et toujours sur des prises plates : une excellente manière d’apprendre à contrôler le placement du corps et la pression à exercer sur les prises !

Des compressions à deux mains, sur des boules en bois situées de part et d’autre d’une arête légèrement déversante, avec ou sans les pieds : une bonne façon de ressentir la notion de serrage à exercer !

– Des compressions à deux mains ou des tractions sur des grosses boules de suspension type Atomik bomb ou Boule Woodpecker : là encore, le serrage est au rendez-vous, vous devriez sentir qu’il se passe quelque chose au niveau des pectoraux !

– Enfin, des exercices aux anneaux ou aux TRX, des exercices de gainage au sol ou sur le swiss ball car la tenue des plats fait intervenir tous les gros muscles et pas seulement les fléchisseurs des avant-bras !

Merci à Volx qui nous a mis à disposition les séries Ultrabridge et Fusion pour la réalisation des photos de cet article

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Yo dit :

    Salut Laurence! Merci pour les articles réguliers. Tu as oublié de dire de venir grimper à Annot pour bosser les plats 🙂

    Je réponds juste par rapport au brossage puisque j’étais tombé sur un article de Ben Moon qui critiquait la pratique. On y retrouve aussi la bonne vieille polémique franco/anglaise : pof vs magnésie.

    http://www.moonclimbing.com/blog/2015/02/on-the-damage-caused-to-rock-by-brushing/

  2. Rom dit :

    Pour info un article qui dit exactement l’opposé de Ben Moon à ce sujet (en plus argumenté) : http://www.tl2b.com/2015/07/bleau-magnesie-versus-pof-par-oleg.html

    • Greg debleau dit :

      Bonjour,
      merci pour le partage de l’article écrit par Oleg du Cosiroc. Concernant le brossage, les brosses en soie sont véritablement plus efficaces et plus respectueuses du rocher pour peu que l’on ait pris soin de vérifier qu’elles n’aient pas traîné dans le sables…

  3. sha dit :

    Merci pour cet article, je repense à ces judicieux conseils à chaque rencontre avec un plat. Avant, j’évitais les blocs où il y avait des prises plates (car je ne savais pas quoi en faire !), maintenant, je tente, et parfois même je réussis ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.