Compétences perceptivo-motrices en escalade : apprentissage

competences-escalade-grimpe-grimper
Les compétences des grimpeurs ont fait l’objet, aujourd’hui, lors du 4e colloque de l’IRCRA dont La Fabrique verticale est partenaire, d’une analyse intéressante de la part du chercheur Ludovic Seifert de l’Université de Rouen. Perception et action, stratégie visuelle, fluidité, exploration : autant d’aspects qui permettent de définir les compétences perceptivo-motrices en escalade.

Dans sa présentation, Ludovic Seifert a donné une vue d’ensemble des compétences perceptivo-motrices utilisées par les grimpeurs. Et comment elles peuvent être apprises et optimisées. Tout d’abord, il a présenté comment les compétences motrices en escalade peuvent être évaluées, apprises et optimisées. Le tout grâce à une approche par les contraintes. Par exemple les capacités d’atteinte, de saisie et d’utilisation des prises.

Les compétences des grimpeurs

Ainsi il a proposé quatre indicateurs pour évaluer la régulation du comportement pendant la grimpe.

  • Évaluer la fluidité du déplacement par l’utilisation d’une centrale inertielle ou des cameras (2D à 3D, et 1 à plusieurs caméras).
  • Distinguer les actions exploratoires et exécutoires.
  • Détecter cinq états dans l’activité du grimpeur grâce à l’utilisation de 5 centrales inertielles (situées sur les pieds, les poignets et le bassin). Tout d’abord stationnaire (absence de mouvement des membres et du bassin), au moins un membre en mouvement). Ensuite régulation posturale (mouvement du bassin mais absence de mouvement des membres). Puis traction (mouvement du bassin et au moins un membre en mouvement) et exploration des membres (absence de mouvement des membres et au moins un membre en mouvement). Enfin, transition entre deux prises (absence de mouvement des membres et au moins un membre en mouvement, mais suivi d’une traction).
  • Détecter le temps passé sur 1 à 4 supports par un système de prises instrumentées.

Les compétences visuelles et motrices

Ensuite, il s’est intéressé aux compétences visuo-motrices. Et notamment les stratégies de recherche visuelle qui se produisent lors de la prévisualisation d’une voie. Et lors de la grimpe. Ludovic Seifert montre ainsi que les grimpeurs expérimentés semblent se focaliser sur les aspects fonctionnels de l’environnement. Plutôt que structurels. C’est-à-dire des variables informationnelles utiles pour agir et en particulier leur permettant d’enchainer les actions, ce qui pourrait aider à optimiser les compétences perceptivo-motrices et les performances en escalade.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Julien dit :

    Savoir grimper à la limite du déséquilibre… Précision redoutable de la pause de pieds, coordination 3D de l’ensemble du corps… Gestion mental-coordination…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.