Épicondylites, nouvelles perspectives de traitement

epicondylites douleur au coude escalade
L’épicondylite latérale est la pathologie la plus fréquente du coude. Bien que couramment appelée tennis elbow, elle n’en touche pas moins de nombreux grimpeurs. Il faut dire qu’à défaut de tenir le manche d’une raquette, ils serrent tout de même quelques prises !

Une pathologie de surmenage

L’épicondylite latérale est une pathologie liée à la répétitivité des mouvements et à une sur-sollicitation des extenseurs du poignet. Bien souvent, un déséquilibre dans le développement des muscles fléchisseurs et des muscles extenseurs favorise la survenue de ces tendinopathies, en particulier chez le grimpeur quand les fléchisseurs sont surdéveloppés. Rappelons que les extenseurs permettent la stabilisation du poignet lors de la préhension et optimisent le travail des fléchisseurs.

Elle survient plus volontiers vers 30-40 ans et touche majoritairement les hommes. Elle dure de 6 mois à 2 ans. À l’origine de cette tendinopathie, il y a bien souvent un échauffement insuffisant et une augmentation trop rapide de la quantité d’entraînement (séances trop rapprochées, reprise intensive de l’activité, travail lesté…). Il peut y avoir aussi une hydratation insuffisante, des caries non soignées ou même encore des tensions cervicales ou dorsales.

La répétition de gestes violents, à vitesse et à amplitude importante, comme on en trouve en bloc ou sur le Pan Güllich, a de plus un effet délétère sur les coudes (surtout si le grimpeur manque de coordination et se lance dans ce type de pratique avec une condition physique insuffisante). Les grimpeurs de fissures présentent également ce type de pathologie du coude, en raison des torsions qu’ils font subir à leurs articulations, dans les verrous de main pouces tournés vers le bas par exemple.

Symptômes et traitements classiques

L’épicondylite latérale est assez facile à reconnaître. Comme son nom l’indique, elle se manifeste par une douleur touchant la zone de l’épicondyle, c’est-à-dire un petit relief osseux situé au niveau de l’articulation du coude, sur la face externe du bras. Généralement la survenue est progressive. La zone devient d’abord plus sensible au toucher, puis douloureuse dans tous les gestes de la pratique, aussi bien dans les mouvements de rotation que de saisie bras tendu, et même parfois au repos, simplement en dépliant le coude !

L’apparition peut aussi se faire par la persistance de contractures des extenseurs, tensions alors plutôt ressenties dans l’avant bras. Cela peut être les premiers signes d’alerte

L’arrêt ou une réduction importante de l’entraînement, la cryothérapie, les ultrasons, le massage transversal profond, l’électrothérapie antalgique et les étirements font partie de la batterie de traitements habituellement utilisés dans un premier temps. Ils suffisent généralement à améliorer la situation, sans toutefois parvenir à modifier la structure histologique tendineuse en profondeur.

Il semblerait en effet que la douleur ne soit pas liée à une inflammation mais au développement d’un tissu cicatriciel immature, comportant des fibres de collagène interrompues par des bourgeons angio- et myo-fibroblastiques, ainsi que des néo vaisseaux et des fibres nerveuses sensitives. En résumé, suite aux micro-traumatismes répétés qu’impose la pratique, le tendon se reconstitue mais il fait ce qu’il peut et c’est un peu l’anarchie !

Le travail en excentrique

Actuellement, il n’y a pas vraiment de consensus thérapeutique concernant le traitement de l’épicondylite latérale. Cependant différentes études ont montré l’efficacité du travail en excentrique dans la prise en charge de ces tendinopathies, ce qui explique que de nombreux kinésithérapeutes y ont maintenant recours, bien que les chercheurs se divisent encore sur les raisons de son efficacité.

Le travail dit excentrique correspond à un travail avec des charges supérieures à 100% du poids nécessaire pour réaliser une RM (répétition maximale). Pour les charges inférieures à 100%, on parle de travail dynamique négatif, de travail freinateur ou encore de travail excentrique sous-maximal. Le travail excentrique correspond à un mouvement d’élongation contrôlé du muscle travaillé. Il est caractérisé par l’éloignement des insertions musculaires ou l’ouverture de l’angle des segments travaillés. On parle alors de phase négative du mouvement (la phase positive étant le concentrique).

W. Stanish a été le premier scientifique à mettre en évidence le rôle des exercices excentriques dans le traitement des tendinites chroniques. C’était en 1986. Par la suite, le chercheur suédois Hakan Alfredson a montré que la charge excentrique était bénéfique dans le sens où elle permettait de briser les adhérences de tissu cicatriciel désorganisé, ainsi que les vaisseaux sanguins anormaux et les terminaisons nerveuses qui proliféraient dans les tendons atteints.

Selon une étude de l’université de Liège datant de 2005, la tendinopathie se développerait “en raison d’un déséquilibre entre les sollicitations imposées et la capacité de cicatrisation du tendon. Cette conception justifierait une adaptation nécessaire du tissu tendineux, afin de le protéger et de réduire le caractère fréquemment récidivant de la tendinopathie”. D’où l’intérêt d’appliquer, complémentairement aux techniques classiques, un programme excentrique adapté.

Protocole utilisé

Quel que soit le phénomène sous-jacent qui est à l’œuvre, le travail en excentrique est aujourd’hui considéré comme le traitement le plus adéquat pour la récupération de la fonction du coude et la prévention d’une récidive, car il permettrait à la fois l’atténuation de la transmission de la douleur et la stimulation de production de collagène. Reste à le mettre en œuvre intelligemment !

Car le renforcement musculaire doit s’effectuer de manière prudente et très progressive, l’idéal étant sans aucun doute de vous faire accompagner par un kinésithérapeute, qui contrôlera avec vous la bonne réalisation des mouvements et vous aidera dans le choix de la charge. La mise en place d’un protocole excentrique de renforcement musculaire ne peut d’ailleurs s’envisager qu’après une phase d’arrêt conséquente, dans la deuxième partie du traitement, dans une logique de rééducation.

En pratique, afin de réaliser un travail musculaire bénéfique, il ne faut réaliser que la phase négative du mouvement. Il s’agit de résister lentement à la charge et de s’aider de l’autre main pour réaliser la phase concentrique. Le retour s’effectue donc passivement. Le travail s’effectue contre résistance avec des poids progressivement croissants (1 à 2 kg dans un premier temps, voire moins, à moduler par la suite selon votre niveau de force et au fur et à mesure de vos progrès).

épicondylite haltères22_DSC4013-légendée

Concrètement, vous pouvez le faire avec une haltère, le coude positionné sur la jambe ou sur une surface plane (sur une table par exemple), la main en pronation et placée au-dessus du vide (le poignet étant positionné au niveau du genou ou au bord de la table). Vous laissez alors lentement descendre le poignet en résistant à la charge et en contrôlant la descente. C’est la main opposée qui remonte la charge.

Vous allez ressentir une fatigue musculaire des extenseurs et une légère douleur à la fin de chaque série (sur les 3 dernières répétitions). Stanish préconise 3 séries de 10 à 15 répétitions (2 séries de 10 au début du traitement). La progressivité doit être de mise tout au long du traitement. Un temps de repos conséquent doit être observé entre les séries, qui peuvent s’accompagner d’étirements passifs d’une trentaine de seconde. Cinq minutes de cryothérapie sont parfois réalisées en fin de protocole pour atténuer la douleur. 3 séances par semaine, étalées sur une période de 9 semaines, portent généralement leurs fruits.

Sources

Stanish W, Rubinovich RM, Curwin S. Eccentric exercise in chronic tendonitis. Clin Orthop Rel Res 1986; 208:65-8.

Croisier JL, Forthomme B, Foidart-Dessalle M, Godon B, Crielaard JM. Treatment of recurrent tendinitis by isokinetic eccentric exercises. Isokinetics Exerc Sci 2001 ; 9:133-141.

Middleton P, Puig P, Trouve P, Savalli L, Le travail musculaire excentrique. Journal de Traumatologie du sport 2000, 17, 93-102.

Hochholzer Th, Schöffl V, Escalade, blessures et traumatismes, les prévenir, les guérir, Glénat 2012, 62-65

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. nicolas dit :

    merci infiniment pour cet article, ca peut etre très long un tennis elbow. Mais on ne pourrait pas faire cet exercice avec un élastique accroché au dossier d’une chaise ?

    • Olivier dit :

      merci pour votre commentaire. En effet, ce sont des pathologies longues à soigner car même les gestes du quotidien les plus insignifiants (d’habitude), sollicitent les muscles incriminés et empêchent une mise au repos complète.
      Oui on peut envisager ces exos avec un élastique, tout à fait

  2. Laura dit :

    C’est affreux la tendinite j’ai eu les 2 coudes d’après le médecin cest guéri mais j’ai régulièrement des contractures musculaires…

  3. Thomas dit :

    Encore un article très instructif. Les conseils donnés s’appliquent-ils également pour une épicondylite sur la face interne du coude (notamment en ce qui concerne les exercices de rééducation)?.
    Merci.

  4. Théo dit :

    Le travail en excentrique a fait des miracles pour moi ! Demande peu de matériel, comme un élastique, une bouteille de vin ou bien une casserole, il fait toutefois faire très attention à rechercher le bon mouvement…
    Bon à savoir : en plus de m’avoir rafistolé mon coude, cela a considérablement augmenté mon grip !

    • Fred dit :

      Théo, tu peux développer un peu tes méthodes stp?

      • Théo dit :

        Je viens de me rendre compte que j’ai fait le travail à l’envers, soit carrément dans l’autre sens de contraction… Mais ça a marché pour moi ! Une idée de ce que j’ai sollicité du coup ?

        • Laura dit :

          Moi j’ai eu un exo de mon ostéopathe, un poids (genre une bouteille d’eau pleine) suspendue par une ficelle clouée à un manche. Il faut rembobiner/dérouler la bouteille en roulant le manche dans les mains comme un rouleau de papier cadeau. Et surtout les bras tendus !

  5. Sisi dit :

    J’ai aussi ce problème, effectivement difficile à soigner, mon kiné m’a fortement conseillé, après une série d’ondes de choc qui n’ont pas suffit à la guérison, une cure de minéraux (magnésium etc). Ça va mieux depuis …mais ce n’est pas encore gagné, je vais essayer votre méthode !

  6. Alexis dit :

    Très sympa les infos. Comme d’autres users l’on posté sur cette page, je souffre aussi d’une épicondylites du côté interne des coudes. D’après des recherces ce type de tendinopathie se nomme golfer’s elbow ou épitrocléïte. J’attends avec impatience un article de LFV informant le travail excentrique pour ce type de tendinite. Mon erreur? Débutant et séances trop nombreuses par semaine et trop longues. Le coup de foudre avec ce sport quoi lol
    Sinon pour le site, un énorme merci de partager ces précieuses informations avec nous. Je vous suis très reconnaissant.

  7. Lionel dit :

    Un kiné me disait récemment que le travail excentrique pour soigner les tendinites était à la mode il y a qq années et qu’actuellement, il était plutôt remis en question…
    Du repos pendant le traitement (ondes de chocs en l’occurence), pas d’exercices. La vie de tous les jours suffisant à « entretenir » le tendon traité…

  8. Le Calou dit :

    Bonjour!
    Merci pour cet article! Épicondylite soignée grâce aux ondes de choc. En revanche, la même méthode n’a pas été efficace pour une épitrochléite au même coude… Massage profond non plus… Je vais essayer Stanish!
    http://medical-athletics.eu/onewebmedia/Protocole%20Excentrique%20de%20Stanish%20pour%20les%20Epicondyliens.pdf

    • Le Calou dit :

      Finalement, une infiltration de corticoïdes m’a aidé à endiguer la boucle inflammatoire installée depuis plus d’un an et demi.

  9. Niko dit :

    Bonjour, pensez vous que l electrostimilation à faible intensité, puisse aider ?
    Merci

  1. 3 mars 2015

    […] pas de preuves scientifiques pour étayer cette thèse, mais sa pratique semble causer des épicondylites, ou tennis elbow. J’ai constaté que depuis que ma phase de pan Gullich ne dure que quelques semaines, […]

  2. 23 juin 2015

    […] Source : Épicondylites, nouvelles perspectives de traitement […]

  3. 20 février 2018

    […] au niveau de l’articulation du coude, sur la face externe du bras. La Fabrique verticale vous en avait d’ailleurs déjà parlé, avec de nouvelles perspectives de traitement, qui jouent sur le renforcement des muscles […]

  4. 6 juin 2018

    […] de dangers. Au niveau traumatologique, on observe bien souvent des tendinites au niveau des coudes (épicondylites, plus rarement épitrochléites). Et/ou des petites déchirures musculaires au niveau du biceps, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.