Planification : améliorez votre foncier en un mois

Planification entraînement escalade
Le début d’année est bien souvent le mois des bonnes résolutions. Janvier est déjà terminé mais si dans votre liste figurait “progresser en escalade”, nous ne saurions trop vous conseiller de commencer par planifier votre entraînement, afin d’optimiser votre temps de pratique. Et quitte à planifier, autant commencer par le début, le foncier…

Progresser en escalade passe souvent par la planification de l’entraînement. Ah là, là, tout de suite, les grands mots ! Rassurez-vous, il ne s’agit pas de revenir aux sombres heures de l’approche stakhanoviste, juste de s’organiser un minimum. Vous serez toujours plus efficace en vous fixant des objectifs (précis et réalistes !) et en aménageant votre pratique pour les atteindre.

Bien évidemment, chaque grimpeur est unique et présente des besoins bien spécifiques, qui justement sont fonction de son temps libre, de ses objectifs, de sa pratique majoritaire (bloc ou falaise), ainsi que de ses points forts et de ses points faibles. Il serait donc illusoire de penser qu’une seule organisation-type puisse convenir à tous, d’autant que chacun ne dispose pas des mêmes conditions matérielles pour s’entraîner…

Toutefois, d’un point de vue organisationnel, de grandes constantes fondamentales s’appliquent et le début d’année est souvent propice au développement des qualités physiques générales du grimpeur. Ce moment est également idéal pour se pencher sur ses points faibles, aussi bien sur un plan tactique que gestuel, sans oublier les aspects psychologiques, sachant que l’on est encore loin des objectifs et que l’on a tout le temps de “digérer” ces nouvelles acquisitions. Bienvenue dans le monde merveilleux de la PPG (Préparation Physique Générale).

La PPG, pour qui ? Pourquoi ?

Dans de nombreux sports, la tendance actuelle de l’entraînement s’oriente vers un raccourcissement de cette période de préparation, notamment pour les athlètes de haut-niveau, qui ont déjà un volume de pratique conséquent et qui sont prisonniers d’un calendrier contraignant, en raison du nombre croissant d’événements et de compétitions auxquels ils participent. Mais nous pensons que pour les pratiquants réguliers, cette période de PPG reste pertinente et qu’elle est plutôt de nature à prévenir les blessures.

La PPG va permettre de développer harmonieusement les différentes qualités physiques et améliorer le foncier afin d’encaisser plus facilement les charges d’entraînement. Vous allez acquérir un volume de pratique plus consistant et mettre à profit cette période pour vous pencher sur un de vos points faibles (à vous de définir quelle sera votre priorité, car il est bien évident que vous ne pourrez pas tout régler en une fois !).

Ce cycle de début d’année n’est qu’un point de départ. Considérez-le comme une base de réflexion. Selon les échéances temporelles et les objectifs que vous vous fixerez (par exemple atteindre un pic de forme à Pâques pour un séjour en falaise, vous affûter ponctuellement pour un contest de bloc ou encore tenir sur toute une saison compétitive), vous serez amené à faire durer plus ou moins longtemps cette période et à en ajuster le contenu.

Objectifs du cycle

Développement harmonieux des différentes qualités physiques
Renforcement du gainage
Amélioration d’un point faible technique ou tactique
Travail aérobie

Principes

La progressivité
La maximisation de la récupération afin de profiter des processus adaptatifs
La variabilité des séances afin d’augmenter la stimulation et de limiter la monotonie
L’alternance de séances quantitatives et qualitatives pour ne pas délaisser le travail technique
La prise en compte de l’intensité et du volume d’entraînement afin de moduler la charge

Dynamique des charges

Chaque séance a un impact sur l’organisme et entraîne de la fatigue. La succession des séances, les unes derrière les autres, demande donc des choix judicieux. Le retour à la normale, après récupération, s’accompagne d’une amélioration des capacités physiques. On parle de surcompensation, phénomène d’adaptation de l’organisme qui est souvent moins magique que ce qu’on veut bien nous faire entendre, mais qui intervient néanmoins dans des fourchettes de temps variables.

Ainsi, au fil des semaines, l’accumulation des sollicitations, pour peu que l’on prenne en compte à la fois l’intensité et le volume des séances, ainsi que la nécessaire récupération, conduit à une amélioration significative des performances. Dans les modèles de planification proposés ici, on a adopté le principe d’une augmentation progressive de la charge, suivie d’une phase d’allègement. D’autres modèles sont bien évidemment possibles.

Semaine 1 : légère
Semaine 2 : moyenne
Semaine 3 : choc
Semaine 4 : légère

Exemples de planification d’un cycle de PPG sur 1 mois

Planification 1 : pour un grimpeur pouvant sortir 1 fois dans le week-end et s’entraîner 2 à 3 fois par semaine

Planification 2 : pour un grimpeur pouvant sortir 2 fois dans le week-end et s’entraîner 3 à 4 fois par semaine

Pour aller plus loin

A849

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Rémi dit :

    Bonjour ! Tout d’abord, merci pour tous ces articles qui donnent beaucoup de piste d’entraînement !
    Une question sur la PPG, vous préconisez des séances de renforcement des antagonistes ? Pouvez vous m’expliquer ce que c’est exactement ? Un exemple de séance type pour travailler ces derniers ?
    Merci d’avance.

  2. jean-jacques dit :

    Bonjour, article intéressant qui je l’espère prépare le(s) période(s) suivante(s) dans la saison du grimpeur.
    y a t il une règle d’organisation sous jacente dans l’ordre et la fréquence des séances au fil des semaines ? comment mesure t on les les progrès et à quoi peut on s’attendre comme élévation de « performance » en escalade ?
    bonne continuation pour votre site

    • Olivier dit :

      Bonjour Jean-Jacques
      merci tout d’abord pour votre commentaire.
      Oui il y a des règles sous-jacentes : par exemple on fait en sorte de placer des séances plus axées sur la force à des moments où l’organisme est frais.
      L’évaluation objective des progrès ne peut se faire qu’au moyens de pré et post tests. Cependant, l’évolution des sensations perçues au fil des semaines (difficulté perçue lors des séances) est en général perceptible et constitue déjà un indicateur d’adaptation et donc de progrès.
      Enfin, concernant votre dernière question, il est difficile de répondre, car trop de paramètres interviennent d’une part dans le processus de transfert des qualités physiques à la performance sportive, d’autre part et vous concernant plus précisément, de votre niveau d’entraînement de départ, de vos qualités techniques en escalade, etc…
      Cet article a vocation à proposer des possibilités d’organisation ; à chacun de les adapter en fonction de ses contraintes propres. À terme, sur ce sujet, nous envisageons de proposer un service de coaching à distance, afin justement d’aider à ajuster des programmations.
      bon training !

  3. okwa didier dit :

    je travail sur la planification et intervention des enseignements en ppg en milieu scolaire quelle planification élaborer

    • Olivier dit :

      Impossible de vous répondre comme ça, désolé 🙂
      Sur la méthode, vous pouvez toutefois commencer par établir des objectifs et un calendrier ; vous choisirez alors en conséquence le contenu des séances et exercices employés.

  1. 29 août 2017

    […] de gainage et d’abdominaux, renforcement musculaire type PPG ou crossfit, pegboard… Autant de points de passage fortement recommandés à la rentrée. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.