Été : profitez des vacances pour devenir un grimpeur plus complet

escalade-ete-grimpeur-vacances
Etre ou ne pas être actif pendant les vacances d’ été ? Grimper ou ne pas grimper lors des mois les plus chauds de l’année ? Tous les points de vue se valent. Certains se sont entraînés toute l’année à la salle et vont avoir besoin de souffler. D’autres, au contraire, voudront mettre à profit les progrès accomplis sur le rocher. Et si vous en profitiez tout simplement pour devenir un grimpeur plus complet ?

Au-delà du besoin de repos ou de récupération, il reste conseillé de rester actif. Et de profiter des vacances, moments de répit dans des plannings parfois chargés, pour réfléchir à sa pratique et donner une vraie ambition à son entraînement. Voici quelques pistes à suivre permettant d’allier l’utile à l’agréable durant l ‘été.

Augmenter le volume de pratique

Augmenter progressivement votre volume de pratique constitue toujours une méthode payante pour progresser. L’ été, en vacances, on dispose toujours d’un peu plus de temps. Pourquoi ne pas en profiter pour aller faire des grandes voies ou aligner plus de longueurs en falaise ?

En vacances, ce sera peut-être plus aisé de caler ces séances dans l’emploi du temps hebdomadaire. Et en développant davantage les qualités d’endurance, les grimpeurs de tous niveaux développeront une base foncière plus solide. Ils construiront un édifice dont les fondations sont renforcées.

Attention toutefois de respecter la règle de progressivité pour éviter tous risques physiques. Doucement mais sûrement : c’est la règle ! Ainsi une augmentation du volume hebdomadaire de l’ordre de 10 à 15% est un bon compromis. Les signaux de surmenage mentale et physique sont à prendre en compte sans attendre.

Ajouter un peu de volume à son entraînement hebdomadaire peut se faire de différentes manières :

– En augmentant le nombre de voies que vous faites lors de l’échauffement et le retour au calme après la séance : une bonne manière aussi d’engranger des sensations dans des voies de niveaux plus modestes et d’améliorer votre technique et votre relâchement

– En intégrant une nouvelle séance hebdomadaire, même brève

– Et en allongeant la durée de vos séances chaque semaine durant trois semaines consécutives – la quatrième semaine étant une semaine allégée. Une voie de plus chaque semaine, ou une séance de grandes voies.

Varier les efforts

C’est LE conseil donné à tous les débutants qui commettent (trop souvent) l’erreur de grimper toujours dans le même style ou dans le même niveau de difficulté à chaque sortie.

Introduire de la variété dans la façon de s’entraîner et dans les intensités d’entraînement oblige l’organisme à s’adapter en permanence et l’empêche donc d’entrer dans une routine néfaste à toute notion de progression physique et mentale. Donc n’hésitez pas à alterner bloc et voies, falaise et grandes voies, séances dans des passages à votre max et séances plus faciles, axées sur la technique et la pose de pieds, par exemple.

Changer de support et de falaise

On devient meilleur lorsque l’on sait faire face à toutes les situations ! Variez les styles et les lieux de pratique ! Trop de grimpeurs restent cantonnés à leur salle, sans jamais s’aventurer dehors, ou tout simplement dans une autre salle.

Si l’entraînement en voies, sur SAE, est indispensable à la préparation du grimpeur pour gagner en résistance et apprendre à durer dans l’effort, les autres supports offrent aussi des avantages considérables. Le bloc, le Pan Güllich, la poutre : autant de situations et d’outils qui vous feront gagner en force et peut-être passer un cap !

Apprendre à se fixer des objectifs

C’est un point essentiel. Et pourtant peu appliqué de la progression de beaucoup de grimpeurs. Car la boulimie de pratique, sans temps de pause pour réajuster son approche de l’entraînement, est contre-productive. Et elle empêche à long terme le grimpeur d’atteindre la plénitude de ses capacités.

Choisir deux à trois objectifs majeurs dans l’année. C’est le maximum. Compétitions, séjours en falaise, voie dure, contests de bloc… À vous de voir ce qui vous motive ! D’autres objectifs de préparation peuvent évidemment être intégrées dans cette programmation. Mais avec raison et parcimonie.

Savoir se reposer

Toute période de fort investissement – cycles d’entraînement ou préparation à une compétition –, doit obligatoirement être suivie d’une période de relâchement. Pourquoi pas le faire durant l’ été ? L’application de cette règle est aussi indispensable sur le plan physique que sur le plan mental. Utilisées à bon escient, les phases de relâchement contribuent à bonifier les qualités générales et participent d’une progression continue. Alors, si pour vous, vacances riment avec farniente, profitez sans arrière pensée ! Car vous n’en reviendrez que plus fort, régénérés mentalement !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.