Entrainement : 4 conseils pour bien préparer 2017

4-conseils-escalade-entrainement-2017
2017 est là et comme à chaque nouvelle année, vous formulez bien évidemment des vœux de bonheur et de réussite. Notamment dans votre activité fétiche : l’escalade ! Mais que vous soyez compétiteur ou grimpeur occasionnel, pour que ça marche, il faut savoir réfléchir un peu ! Ces quelques conseils devraient vous être utiles à mieux cerner votre motivation. Et à mieux vous préparer !

Prenez le temps de l’introspection

Avant d’entamer la saison 2017, il est important de savoir précisément ce que l’on en attend. Et d’abord, fixer le canevas général des mois à venir. Surtout si vous êtes compétiteur. Souvenez-vous des erreurs commises dans le passé, et à commencer par la saison dernière. Stratégie hasardeuse dans le choix des événements auxquels vous avez pris part ? Manque de régularité à l’entraînement ? Excès d’optimisme dans les résultats visés ?

Faites table rase, repartez à zéro mais n’oubliez pas d’où vous venez. Et où vous allez. Une nouvelle année est toujours synonyme de promesses et de challenges. Consultez un calendrier. Cochez les épreuves qui vous tentent. Mais soyez cohérent : viser l’excellence dans tous les domaines n’est pas donné à tous. Bloc, difficulté, vitesse ; projets en bloc ou en falaise ; voyages… Il va peut-être falloir faire des choix et fixer des priorités

La polyvalence est toujours tentante évidemment mais n’empilez pas les participations à des compétitions (ou les projets d’ampleur) sans mesurer les implications et les répercutions dans votre vie : au niveau sportif évidemment mais aussi familial et professionnel. Rien n’est pire que de se sentir prisonnier d’un projet impossible…

Introspection. Avec optimisme et lucidité. Avec un vrai désir de vivre de nouvelles aventures. Mais – vous le savez ! – grimper plus fort ne s’improvise pas du jour au lendemain. Soyez donc architecte. Pour 2017, vos fondations doivent être solides !

conseils-escalade-entrainement-fabrique-verticale

Fixez-vous un objectif, c’est indispensable !

Demandez à un grimpeur plus expérimenté que vous de définir l’élément le plus important d’une progression au long cours. La réponse sera toujours la même : avoir un objectif précis ! Rien de pire – pour qui souhaite aller loin – que de grimper sans but et sans vraie raison de s’entraîner.

L’objectif a plusieurs spécificités : d’abord, il implique au-delà de la seule pratique sportive. Tout ou presque s’articule autour de lui. Les plages d’effort mais aussi les temps de récupération ; le respect d’une alimentation saine et d’un sommeil équilibré ; le respect strict de son intégrité physique, aussi et surtout. Car la progression en escalade ne doit pas se faire au détriment de l’équilibre personnel.

Ensuite, l’objectif détermine une vraie montée en puissance vers le jour J. Apprendre à mieux se connaître : c’est magique mais c’est redoutable. Êtes-vous prêt à vous regarder dans le miroir ? Enfin, l’objectif élève et transcende le quotidien au point parfois d’en devenir l’élément moteur. L’objectif, c’est l’horizon. Et ce n’est pas seulement un but en termes de cotation à atteindre ou de place en compétition. Et vous, quel sera votre objectif en 2017 ?

Disciplinez-vous

Pour être performant en compétition (ou en extérieur), la clef consiste avant tout à maintenir le cap fixé. Savoir faire preuve de discipline. Aujourd’hui, demain et les jours qui suivent. Grimper, s’entraîner, affiner et peaufiner la gestuelle. Progresser – ou simplement éviter de régresser – suppose certes de la méthode. Le respect d’un plan d’entraînement (validé en fonction de nombreux paramètres) peut certes aider à équilibrer le programme hebdomadaire. Mais c’est dans une discipline de l’intime que tout se décide. Et pour cela, il faut en avoir sincèrement envie, au fond de soi. Et en tirer du plaisir !

Profitez de chaque moment !

Quel constat fait-on souvent face à des grimpeurs et aux compétiteurs en manque de réussite ? Ils sont enfermés dans une routine. Qui n’est alors pas synonyme de discipline mais davantage de manque d’imagination. Et ils vivent parfois l’entraînement comme une corvée (ou un devoir scolaire). Évidement, ces choses-là sont plus facile à voir chez les autres. Et s’entraîner en vue d’un objectif ou d’une compétition n’est pas toujours facile. Particulièrement lors des mois de préparation, lorsque la perspective d’une journée à la cool en falaise ou d’un repas entre amis tiraille les volontés des plus endurcies.

Est-ce une raison pour grimacer à l’évocation même de la prochaine séance d’entraînement ? Être un grimpeur heureux. N’est-ce pas ce qui compte au final ? C’est au fond ce qui délimite le territoire entre ceux qui se gâchent et ceux qui prennent l’escalade du bon côté. Une nouvelle année est toujours l’occasion de modifier certains de nos comportements. Qui a parlé de résolutions difficiles à tenir ?

Alors, en 2017, modifions, changeons, révolutionnons ! Avec ce préalable : tout faire pour bonifier le plaisir de grimper. Nous ne ferons sans doute pas du 9a. Nous ne serons peut-être pas Champion du Monde. Mais nous serons mieux que ça : nous serons des grimpeurs épanouis, qui s’interrogent et progressent. Nous serons des grimpeurs modestes, propres et heureux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *