Motivation et escalade : le pouvoir des petites victoires

motivation-escalade-pouvoir-petites-victoires
Quel est votre truc pour accroître votre motivation ? Comment déclencher le petit déclic décisif, en cas de besoin ? L’escalade nous sollicite beaucoup mentalement. Alors comment renforcer la motivation ? Et si on s’intéressait au pouvoir des petites victoires ?

Nous avons abordé récemment la question de la frustration dans le long processus du travail d’une voie à sa limite. Et la gestion de la motivation, quand l’enchaînement de la voie prend du temps. Certes il existe des techniques qui permettent de se sentir mieux sur le moment. Comme par exemple la visualisation, les mantras, le recours à des auto-affirmations. Mais en réalité, la gestion de la motivation sur le long terme est une question complexe.

En fait, il apparaît que la meilleure façon d’accroître la motivation en escalade est finalement de progresser dans des segments de l’activité qui font sens pour vous, quelque soit l’ampleur de la tâche. Vous avez peur en tête ? Vous ne tenez pas les prises plates ? Ou encore vous ne posez pas bien vos pieds ? Axez-vous sur ces dimensions ! Sortez de votre zone de confort !

motivation-escalade-progresser-exterieur

Motivation : confiance et zone de confort

Avoir le sentiment de progresser, même de manière infime, dans des compartiments de l’activité qui vous posent vraiment problème, c’est un très bon moyen de renforcer la motivation. C’est ce que nomme le pouvoir des petites victoires. Car les petits progrès quotidiens construisent un socle solide pour la confiance. Il est donc utile d’en garder la trace et de noter régulièrement ces progrès, dans un cahier d’entraînement, par exemple.

C’est un cercle vertueux. La confrontation à la difficulté et la résolution, même partielle, des problèmes renforcent la motivation et la confiance. Et donnent envie de s’entraîner plus, de creuser encore la question. C’est une boucle de progression, dans laquelle le progrès et la motivation se cumulent dans une spirale ascendante.

motivation-bloc-escalade-power-confiance

Motivation et psychologie du travail

Ce phénomène a été étudié en PNL et en psychologie du travail. Ainsi Teresa Amabile et Steven Kramer ont étudié un groupe de 238 salariés répartis en 26 équipes appartenant à 7 entreprises nouvelles et anciennes, grandes et petites, pendant une durée allant de 9 à 38 semaines. Et les personnes étaient invitées à tenir un journal quotidien décrivant un événement marquant de leur journée.

Cet événement pouvait être de tout type, tant qu’il restait pertinent dans le cadre de leur travail ou de leur projet. Ils devaient remplir un questionnaire quotidien sur cet événement. Le questionnaire leur demandait des informations basiques sur leur journée de travail, leur motivation, l’équipe au sein de laquelle ils évoluaient, leur perception de l’environnement de travail et leurs émotions. Au total, ils ont recueilli 11 637 journaux.

Motivation : analyse de l’étude

La lecture de ces journaux a renseigné les chercheurs sur la manière dont la perception du travail influence la performance et la boucle de progression. Voici comment ils définissent la vie professionnelle interne. Il s’agissait de:

– Perceptions et pensées : donner du sens aux événements quotidiens
– Émotion et Sentiment : réactions aux événements quotidiens
– Motivation et conduite : le désir de faire le travail et la principale source d’influence

escalade-travail-motivation

À partir de toutes les données quotidiennes, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que le meilleur indice prédictif de vie interne de travail était le sentiment de progresser dans un travail qui fasse sens, peu importe la taille. Donc une vie interne au travail positive. La motivation, qui reste le plus grand facteur d’influence, entraîne une plus grande créativité et une plus grande productivité.

Et avoir le sentiment de progresser (en productivité et créativité) mène à une vie interne de travail plus positive. Il s’agit d’une boucle de progression dans laquelle le sentiment de progrès et la durée de vie interne se rassemblent dans une spirale ascendante. Les revers peuvent bien sur entraîner une vie interne de travail négative et une spirale descendante.

motivation-travail-stress

Motivation et sport

Quelles conclusions peut-on tirer de cette étude ? Et comment la transposer au sport, et à l’escalade, si tant est qu’elle soit totalement transposable ? Pour renforcer sa motivation, on peut déjà imaginer fonctionner de même, en notant ses progrès. Centrez-vous sur une tâche qui fait sens dans votre pratique. Et commencez déjà par quelque chose de relativement simple, de façon à être sur de le réussir.

Ce petit progrès augmentera votre motivation, ce qui entraînera encore plus de progrès dans une spirale ascendante. Les praticiens de la programmation neuro-linguistique (PNL) savent que pour progresser dans la consommation de l’éléphant, il convient de manger une petite bouchée par jour ! Et les adeptes de l’Analyse Transactionnelle diront qu’il convient de se fixer des buts, les réaliser et s’autoriser à savourer ses victoires 😉

Sources

The power of small wins. Teresa AmabileSteven J. Kramer, Havard Business Review, May 2011 Issue

The truth about Motivation, Irena O’Brien, The Neurosciences School

Le pouvoir des petites victoires, PNL info

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.