Mental : comment rester motivé avec la fermeture temporaire des salles ?

mental motivation escalade epidemie covid 19 fermeture salles

La période actuelle, pleine d’incertitudes, n’est pas très bénéfique en terme de mental et de motivation. Difficile en effet de se projeter dans l’avenir, de planifier des objectifs précis et déjà, tout simplement, de maintenir une activité régulière à la salle. Voici donc quelques réflexions à ce propos, issues de notre expérience 😉

À La Fabrique verticale, nous coachons beaucoup de grimpeurs à distance. Nous avons donc été confrontés (et le sommes toujours) à cette question du mental et de la motivation, dans ce contexte inédit de la Covid-19. Car, pour la plupart, les grimpeurs que nous entraînons sont basés dans de grandes agglomérations. Par conséquent, ils ont vu leur pratique totalement bouleversée ces derniers mois…

Tout d’abord au printemps, lors du confinement, avec (comme tout le monde) une réorientation de leur entrainement vers de la prépa physique. En d’autres termes, un maximum de séances de poutre ou de gainage à la maison 😉 L’été et le déconfinement ont ensuite été plus ou moins propices à un transfert de ces qualités sur le rocher, quand ils ont pu partir un peu grimper en extérieur. Mais cela n’a pas été toujours le cas…

Mental : les questions qui taraudent

De plus, avec la reprise de l’épidémie cet automne et les restrictions qui s’en sont suivi (et en particulier la fermeture des salles), il a été pour certains grimpeurs difficile de trouver du sens à leur pratique. Et la question du mental s’est posée de manière cruciale. Comment rester motivé et refaire de la poutre à outrance à la maison, si on ne peut plus grimper ? Et surtout si n’a pas en tête un objectif précis ?

En effet, si on vit dans une région à la météo capricieuse et qu’on ne peut plus aller grimper dehors mais qu’on peut pas non plus aller en salle pour maintenir ses sensations, que faire ? Pas facile pour les falaisistes ! Ni pour les résineux, d’ailleurs… Car si le calendrier des compétitions est limité et incertain et qu’on ne remplit pas les critères de sélection, sur quoi reporter ses envies ? Voici quelques pistes pour gérer son mental et ses émotions, face à ces frustrations ! Histoire de rester dans l’entre-aide 😉

Réduire le niveau de stress

Un stress en chasse un autre. Après le déconfinement et une certaine liberté retrouvée, nous nous mesurons maintenant à une reprise de l’épidémie. C’était assez prévisible malheureusement. Le virus circule de plus en plus et les hôpitaux font maintenant face à la deuxième vague. En conséquence, les autorités prennent des mesures de plus en plus restrictives (protocoles plus stricts dans les restaurants, limitation des horaires d’ouverture, fermeture des salles de sport, couvre-feu dans 8 grandes agglomérations depuis hier…).

Face à tout cela, on peut bien sûr s’interroger sur l’efficacité de telles mesures, déplorer “le retard à l’allumage” du gouvernement dans la gestion de la crise, s’agacer en voyant qu’on paralyse l’économie du pays alors qu’aucun moyen supplémentaire n’a été donné aux hôpitaux en prévision de la deuxième vague, se sentir angoissé devant les chiffres des morts et des entrées en réanimation, s’énerver en repensant au relâchement estival en mode covid-party décomplexée, ou au contraire s’en désintéresser totalement…

D’une manière générale, les réactions de la population (et en particulier celle des grimpeurs, puisque c’est le public qui nous intéresse) sont très diverses. Évidemment elles dépendent aussi de l’âge, du tempérament, du niveau socio-culturel, de l’expérience… Mais globalement, on peut dire qu’on observe diverses humeurs, qui vont de la colère au fatalisme, en passant par la lassitude, la peur, le déni, la révolte ou la tristitude ! Cependant, toutes ces émotions qui nous traversent n’ont aucune influence sur la situation concrètement.

3 conseils utiles pour se protéger de climats anxiogènes

  • s’informer avec modération , bien choisir ses sources et limiter le temps passé sur les réseaux sociaux. Consulter les informations le matin ou le soir, pendant 30 minutes, sur des médias officiels est amplement suffisant 😉 
  • trier ses relations sociales, s’entourer de personnes positives et prendre du recul par rapport aux discours pessimistes ou trop alarmistes . Être vigilant face au virus oui, se nourrir de la peur non.
  • pour les plus fragiles, ne pas hésiter à contacter le numéro officiel d’aide psychologique : 0 800 130 000 (gratuit, 7 j/7 24 h/24).

Mental : Accepter un certain lâcher-prise

Depuis le début de l’épidémie, les événements nous poussent dans nos retranchements et challengent notre capacité à être dans le présent et à lâcher prise. Un paradoxe pour les grimpeurs ! C’est à une nouvelle approche de la vie et de l’escalade, beaucoup plus court-termiste, que nous invite la crise sanitaire.

Réorienter sa pratique vers une approche plus opportuniste est sans conteste une manière de s’adapter efficacement au contexte. En d’autres termes, prendre ce qu’il y a à prendre, grimper dehors quand c’est possible, aller à la salle si l’opportunité se présente, prendre plaisir à faire de la poutre dans l’instant présent s’il n’y a pas d’autre choix. Toutes les zones géographiques ne sont pas logées à la même enseigne. Bref, passer d’un quotidien planifié, maitrisé et anticipé, à l’incertitude et l’improvisation.

Mais après tout, l’escalade n’est-elle pas un sport d’adaptation par définition ? Par exemple, combien de fois aviez-vous prévu d’aller grimper dehors et avez dû revoir vos plans à cause de la météo ? Ou alors combien de fois vouliez-vous essayer telle voie ou tel bloc précis à la salle et n’avez pas pu le faire parce qu’il y avait du monde ? Ou pire parce que les ouvreurs avaient tout changé 😉

Mettre tout en œuvre pour freiner l’épidémie et protéger les siens

Le mental en escalade peut être affecté par le niveau d’anxiété général. La peur de tomber malade ou de contaminer vos proches (âgés ou fragiles) vous obsède ? Si vous respectez scrupuleusement les gestes barrières et la distanciation sociale, vous n’avez a priori pas de risque d’être contaminé par le virus de la Covid-19.

Pour rappel, il s’agit de :

  • se laver les mains très régulièrement 
  • porter un masque en public et respecter les consignes d’entretien lorsqu’il s’agit de masques en tissu
  • emporter avec soi un tube de solution hydroalcoolique pour se désinfecter les mains 
  • maintenir une distance sociale d’au moins 1,50 m
  • limiter ses interactions et réduire sa bulle sociale

Le stress n’est pas anodin. Ces quelques gestes simples devraient permettent de réduire votre niveau d’anxiété, pour aborder plus sereinement cette phase pas très fun. Évidemment, ce n’est pas très rigolo. Mais en systématisant ces attitudes, on peut raisonnablement penser qu’on raccourcit la période pénible où ces mesures seront nécessaires 😉

Aller plus loin

Pour renforcer votre mental et votre motivation, vous pouvez aussi vous reporter à cette sélection d’article :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.