Noël : grimpeurs, 3 bonnes raisons de faire la trêve des confiseurs

noel-treve-confiseurs-coupure-escalade-reprise
C’est les vacances de Noël. Et en bon épicurien qui se respecte, vous avez mis l’escalade entre parenthèses quelques jours. Histoire de ne rien sacrifier au plaisir des agapes en famille ou entre amis. Et ainsi de profiter pleinement de ces bons moments ! Mais peut-être vous demandez-vous si cette coupure est susceptible de nuire à votre progression ? Éléments de réponse.

Pendant les vacances de Noël, traditionnellement, on passe plus de temps en famille ou avec les amis. Et c’est souvent une période où le rythme de vie est modifié. Tout d’abord, on dort moins (ou plus à nos horaires habituels). Ensuite, on mange plus (si, si, ne niez pas). Parfois, on fait un peu trop la fête. Alors, bien sûr, ces perturbations de l’hygiène de vie ne sont a priori pas très bonnes en terme d’entraînement. Pour autant, faut-il s’interdire de profiter des fêtes de fin d’année ? Voici 3 raisons de faire la fameuse trêve des confiseurs !

Coupure de Noël = coupure psychologique

Après tout un automne à vous entraîner semaine après semaine à la salle, vous ressentez peut-être une forme de lassitude. Vous êtes à bout, vous plafonnez, vous n’y arrivez plus. Si ce n’est pas le cas ça risque d’arriver à un moment ou à un autre. C’est le signe que vous avez besoin de vacances.

Oublier l’escalade pendant un temps vous permettra de retrouver une grosse motivation à la reprise. Et vous aurez des pensées de grimpe plein la tête. La période de Noël est parfaite pour cela ! Même si, ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, la reprise risque d’être un peu ingrate, surtout si vous vous êtes lâchés sur la dinde de Noël et les chocolats 😉

noel-poids-forme-escalade

Coupure de Noël = coupure physique

Là, il n’y a pas photo : une coupure annuelle est primordiale pour le physique. Alors, pourquoi ne pas la faire à Noël ? Arrêter de grimper quelques jours permet tout d’abord d’assimiler correctement les efforts faits précédemment. Et donc de valider les progrès ! Bref, c’est idéal pour transférer ses gains en force dès la nouvelle année.

D’autant que la trêve de Noël est généralement assez brève. 10 jours, tout au plus. Les effets du désentraînement n’ont pas vraiment le temps de se faire sentir. De toutes façons, ceux-ci n’apparaissent qu’à partir d’une coupure totale de 3 semaines. Et finalement, la trêve des confiseurs peut presque constituer un affûtage, pour peu qu’on la gère intelligemment. Et qu’on ne s’éloigne pas trop de son poids de forme 😉

Coupure de Noël = Coupure totale ? Pas forcément !

On connait les bienfaits de l’escalade sur notre quotidien. Alors si couper nous rend mou ou au contraire énervé… Pourquoi couper ? Une coupure totale est indispensable une fois par an mais pas forcément pour longtemps ! À La Fabrique verticale, nous faisons partie de ceux qui pensent que la coupure de Noël ne peut être que partielle. Car ainsi, on conserve une partie de ses capacités, tout en récupérant et en se faisant plaisir.

treve-noel-glisse-entrainement-escalade

Et pour ne pas trop perdre le rythme tout en continuant de bénéficier d’une régénération du corps, un entraînement alternatif peut être envisagé. Vive l’entraînement croisé ! Évidemment, à vous de voir quelle type d’activité vous souhaitez conserver. Activités aérobie pratiquées alors à très faible intensité (vélo ou autre), sports de glisse, escalade à la cool, prépa physique générale ou abdos ? Il y a toujours de quoi s’occuper entre deux bons repas 😉

Retrouvez aussi notre dossier rester en forme pendant les fêtes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.